Chronique Musique

Oskar’s Drum : deux vieilles gloires main dans la main

[mks_dropcap style= »letter » size= »85″ bg_color= »#ffffff » txt_color= »#000000″]T[/mks_dropcap]rois notes de synthé qui montent, puis les mêmes dans le sens inverse. C’est le thème qui va hanter Green-veiled Mirror Ghost, le morceau d’ouverture qui donne lui-même le ton à Cathedral Of Hands. Une bonne partie de cet album emprunte ce chemin richement orchestré, à la frontière entre la majesté et l’emphase. Cela détournera d’Oskar’s Drum les amateurs de pop sobre, à l’os, mais ceux qui goûtent aux ornements et aux parties de guitare et pianos ouvragées trouveront leur compte dans ces morceaux puissants, guidés par une certaine idée de la mélancolie.

Une fois intégré ce paramètre, reste à passer le cap de la voix de Patrick Fitzgerald. Cet organe à nul autre pareil, pas franchement harmonieux au sens classique, c’est celui du chanteur de Kitchens Of Distinctions, précurseurs du son shoegaze (en même temps que My Bloody Valentine) dans les late 80’s avec leur single Prize en 1988). C’est certainement aussi parce qu’elle est reliée à ces émois d’antan qu’on est ravis de réentendre la voix de Fitzgerald trois ans après la reformation discographique de la maison-mère pour l’album Folly, au-delà de toute considération d’esthète lyrique. Comme il l’écrit sur son site personnel, Oskar’s Drum rappelle inévitablement les glorieux anciens, puisqu’il en est le porte-voix. Car ici, bien sûr, on reconnaît la patte de Pat. Mais aussi les couleurs vives d’Yves, du fait que son nouveau groupe soit une entité bicéphale formée avec le Français Yves Altana.

Yves Altana et Patrick Fitzgerald. Crédit photo : Sic Magazine

Moins connu que son acolyte, Altana est aussi un vieux de la vieille sur cette scène post-punk, de son premier groupe Wonky Alice à ses collaborations avec l’immense Mark Burgess, au sein d’Invicible jusqu’à ChameleonsVox aujourd’hui. Les aplats de synthés et les guitares réverbérées qu’il distille sur A Cathedral Of Hands portent sa marque. Patrick Fitzgerald dit lui-même qu’il traverse une période où il est las de travailler seul, qu’il cherchait des musiciens avec qui collaborer, et que la rencontre avec Yves Altana tombait à point nommé. On confirme : ces deux-là étaient faits pour s’entendre. Leur complémentarité est évidente et on sent qu’ils ont pris beaucoup de soin à produire un album de grande qualité. Les compositions sont à la hauteur de leurs ambitions, avec un son vaste et travaillé. Les morceaux hiératiques évoqués plus haut sont équilibrés par des titres plus durs et rapides : le menaçant Infernal (Interpol, sors de ce corps !), le heurté Quartz, dominé par le piano, ou Blackouts, plus grinçant, drivé par la basse et les toms (Interpol, on t’a dit de sortir de ce corps !). Le duo use souvent des rythmes ternaires (In water, la valse implorante Last Time I Saw Roger, The Arms Of The Dark), pour un résultat en définitive moins monolithique qu’on pouvait le craindre.

Oskar’s Drum a aussi ciselé le contenant, avec cette pochette qui donne à voir des images de mains, vraies ou fausses (c’est la fameuse cathédrale de mains) représenté sous des formes plutôt morbides, et les paroles qui narrent les histoires de cette riche californienne qui reçoit la visite d’un fantôme qui lui ressemble étrangement (Green-veiled Mirror Ghost), ou de la dernière reine du Vietnam, la peu fragile Nam Phuong (Porcelain).

Ce millésime 2016 est chargé pour lui puisqu’il a aussi sorti il y a quelques mois Pop Tarkovsky avec The April Seven, le groupe qu’il forme avec Paul Frederick (ex-chanteur de The Family Cat) et que se prépare pour bientôt un coffret 6 CD retraçant la première partie de la carrière de Kitchens Of Distinction.

A Cathedral Of Hands mérite l’Oskar du meilleur album de Patrick Fitzgerald de l’année. Le groupe, dont on espère qu’il n’a pas produit qu’un one-shot, se retire sur Floating, une somptueuse berceuse céleste qui exhorte à ne pas aller se coucher, mais plutôt à partir pour l’Arctique  à bord d’un vaisseau argenté. Bonne nuit les petits !

A Cathedral Of Hands est sorti le 7 novembre chez Ragoora Records, le label de Patrick Ftizgerald, et est disponible en version CD et numérique sur le Bandcamp du groupe.

Site officielFacebook 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page