Chroniques Musique

Palberta, pop expérimentale !

Actif depuis 2013, le jeune trio new-yorkais Palberta poursuit sa course  infernale avec la sortie de Palberta5000, cinquième album bien plus accessible que ses prédécesseurs mais tout aussi passionnant.

Fans d’Ariana Grande ou Rihanna,  les 3 filles multi-instrumentistes distillent en effet ici quelques gouttes de pop à leur punk expérimental pour un album dense et rafraichissant !

Lily Konigsberg, Anina Ivry-Block et Nina Ryser se sont rencontrées au collège et n’ont pas tardé à entremêler leurs voies et s’échanger basses, batteries et guitares dans un mouvement perpétuel, conclu par la sortie de My Pal Berta, leur premier disque, bientôt suivi par Shitheads In The Ditch.

S’ensuivit une signature sur l’excellent label new-yorkais Wharf Cat Records (Bambara, Public Practice...) et deux albums parus en 2017 et 2018, intitulés Bye Bye Berta et Roach Goin’ Down, dont l’originalité (une bonne vingtaine de titres par disque et dépassant rarement la minute chacun) leur valut quelques comparaisons avec des gens aussi divers que Captain Beefheart, ESG ou bien encore Deerhoof.

En parallèle, les 3 miss enchainent également projets solos ou au sein de Shimmer, ce qui leur donna l’occasion de rencontrer Matt Lambozza, producteur de ce Palberta5000, enregistré à Peekshill, studio new-yorkais situé dans la maison et le magasin luminaire de Pee-Wee Hermann !

Si l’ouverture pop de Palberta nous offre un disque plus évident et moins expérimental qu’à l’accoutumée, on est encore très loin des canons du genre qui permettent de squatter le sommet des chartes. ici, on se balade plutôt quelque part entre Sleater-Kinney et Luscious Jackson.

Quelques titres, parmi les 16 que comporte l’album, accrochent très vite les oreilles comme les excellents Fragile ou Big Bad Want et surtout l’ébouriffant Before I Got Here bizarrement situé en toute fin de disque, les breaks incessants et une batterie bien en avant viennent joliment perturber l’auditeur  pourtant passionné par ce drôle de bestiaire (The Cow, Red Antz).

Palberta évite les impasses (No Way, Never To Go), trace sa route (Something In The Way) et conclut (The Way That You Do) un des disques les plus intrigants de ce début d’année. A découvrir, toutes affaires cessantes !


 

Palberta 5000 – Palberta

 

Wharf Cat Records/Modulor22 janvier 2021

Site webFacebookInstagramTwitter


Image bandeau : Chloe Carrasco

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page