Conseils de lecture de l'été Littérature Etrangère

Rire enchaîné – Petite anthologie de l’humour des esclaves noirs américains

Ecrit par Sarah G

AAnthologie de textes humoristiques appartenant au folklore des esclaves noirs américains, transmis oralement de génération en génération, et collecté après l’abolition entre les années 1880 et 1960, Rire enchaîné constitue un témoignage historique précieux de l’intérieur des plantations, qui diffère de celui des abolitionnistes.

Afin de dénoncer leur condition et endurer l’injustice, les esclaves noirs américains jouent de la fiction de manière détournée, usant de double sens, déjouant ainsi la colère du maître.

Face à un système qui interdisait l’accès des noirs à l’instruction et punissait par le fouet la lecture, l’humour devient un « processus de légitime défense », selon les mots de Thierry Beauchamp, grâce auquel les esclaves tournent en dérision leurs maitres.

Ces histoires racontent ainsi, sous le grelot du rire, la vie quotidienne dans les plantations, l’enfer de la servitude, la violence journalière, la malnutrition. Loin de l’image bucolique du monde de la plantation et des relations entre Blancs et Noirs relayée par la littérature sudiste.

Le conte animalier et l’histoire de dupe, opposant un esclave récalcitrant à son vieux maître paternaliste, sont particulièrement représentatifs de cette évasion par le rire.

Formidable pied de nez à une institution niant les droits fondamentaux, Rire enchaîné est un recueil humaniste et actuel contre toute forme de musellement de la parole.

L’opossum

Un nègre venait de tuer un des porcelets de son maître.

-Qu’est-ce que tu as là? lui demanda le maître en l’apercevant avec un gros sac.

-Un opossum, répondit le nègre.

-Fais-moi voir, ordonna le maître.

Il jeta un coup d’œil dans le sac et s’aperçut qu’il contenait un porcelet.

-Maître, se justifia le nègre, c’est peut-être un porcelet maintenant, mais je suis sûr que c’était un opossum quand je l’ai mis dans le sac.

 

Rire enchaîné – Petite anthologie de l’humour des esclaves noirs américains, textes réunis et traduit de l’anglais par Thierry Beauchamp, éditions Anacharsis

  •  
    28
    Partages
  • 28
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Ajouter un commentaire