Chronique MusiqueMusique

Robin Foster

Robin Foster

 

J’ai découvert Robin Foster par hasard sur un post Facebook de Dave Pen (chanteur et membre du groupe Archive). Ce dernier collaborait en tant qu’interprète (et auteur des textes) pour le deuxième opus de Robin Foster « Where do we go from here » sorti en 2011.

J’avais mis le doigt, ou plutôt l’oreille, sur une petite pépite de guitariste/multi instrumentiste britannique vivant au fin fond de notre Bretagne Française.

Après écoute de ce 2ème album teinté de la voix sublime de Dave Pen, je me jette sur le premier album « Life Is Elsewhere » sorti en 2008 et quasi intégralement instrumental (avec comme titre phare « Brest by Night » dont le clip présente une déambulation en voiture dans…Brest ! et oui )

 

Après une BO réussie du film Metro Manila de Sean Ellis en 2013, il enchaîne aussitôt avec l’enregistrement Made in Bretagne de PenInsular en 2013.

C’est de la volupté et de la particularité de ce dernier EP dont je vais vous parler, (100% instrumental) même si je vous recommande un plongeon complet dans sa discographie.

Particularité car il a été entièrement produit via du crowfounding (pas si original je sais) mais en grande partie via la ville de Camaret (et ses fans) où il a construit cet EP d’une trentaine de minutes. Cet opus porte des noms et signification bretonnes voulant décrire la région dite du bout du monde, Camaret-sur-mer sa ville d’adoption. L’objectif étant de créer un album en s’inspirant de la beauté de cette région. Une réussite !

Volupté car Robin Foster nous gratifie d’une invitation à voyager avec lui à travers ses parties de guitare douces et planantes mais terriblement efficaces, celles-ci sont enrobées de nappes sonores et rythmiques qui font la particularité de son style musical. Les titres de l’album sont calqués sur des thèmes mélodiques récurrents qui montent progressivement pour nous emmener un peu plus loin.

Pour illustrer cet album, Robin Foster a demandé à ses fans de se filmer on the road et de lui envoyer les vidéos pour en faire un clip collectif, il en est sorti Finis Terrae une perle de douceur (ok je m’égare !)

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Tags
Afficher plus

Articles similaires

2 commentaires

  1. Ah mais pourquoi il ne fait que des instrumentaux ?! C’est gâché ! Moi j’aime quand ça chante, et là, ses morceaux, il leur manque des voix, pour moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer