Chroniques Musique

The Smile attire la lumière !

L‘incontournable Nigel Godrich à la production, les compositions, le visuel de la pochette et le chant à nul autre pareil de Thom Yorke, les guitares et synthés de Jonny Greenwood…une lecture rapide des crédits d’A Light For Attracting Attention pourrait nous faire croire que nous détenons là le successeur d’A Man Shaped Pool, dernier Radiohead en date, sorti en 2016.

Il n’en est rien puisque cette lumière qui attire notre attention, nous la devons à l’imagination fertile de The Smile,  jeune trio pour le moins expérimenté !

The Smile

En effet, outre Yorke et Greenwood, on retrouve au sein de The Smile, l’excellent batteur Tom Skinner croisé par ailleurs en solo en tant qu‘Hello Skinny.

Pièce maîtresse des fabuleux Sons Of Kemet ou Melt Yourself Down, sa maîtrise du jazz, de l’afro-beat ou bien encore du post-punk se révèle ainsi particulièrement remarquable en particulier sur Thin Thing ou You Will Never Work In television Again, deux des plus impressionnants morceaux d’A Light For Attracting Attention.

Loin d’être un faire-valoir, il s’inscrit parfaitement dans le côté aventurier et audacieux de Yorke et Greenwood, qui semblent ici rechercher le juste équilibre entre le versant rock du quintet d’Oxford et leur tentatives plus expérimentales.

Pour faire simple, on retrouve ici quelques compositions qui n’auraient pas dépareillé du côté de Kid A ou d’In Rainbows, à l’instar du génial morceau final Skrting On The Surface.

Masterisé par Bob Ludwig, accueillant sur plusieurs morceaux les cordes du London Contemporary Orchestra et les cuivres de quelques jeunes jazzmen anglais (Byron Wallen, Theon et Nathaniel Cross, Chelsea Carmichael, Robert Stillman et Jason Yarde) le disque se dévoile peu à peu, à coup de singles et vidéos savamment distillés et de prestations live diffusées en streaming, comme autant d’avant-premières en attendant la fin de cette foutue pandémie.

Il est donc venu le temps de goûter pleinement à A Light For Attracting Attention, non sans désespérer d’une version physique attendue pour mi-juin. Le premier disque de The Smile est bon, voire plus et nous offre une montée en puissance assez impressionnante. De l’entêtant Hairdryer à Skrting On the Surface, en passant par Waving A White Flag et We Don’t Know What Tomorrow Brings, le disque atteint vraiment des sommets dans sa dernière ligne droite, pour un final en apothéose qui prend aisément sa place dans les meilleurs compositions de Thom Yorke, décidément en grande forme, aussi bien vocalement qu’un stylo entre les doigts.

On retrouve les termes qui lui sont chers, la place de l’individu dans une société prompte à l’exclusion, l’état de la planète…, même si ici, à l’instar du titre et du nom du groupe, un vent d’optimisme semble balayer le tout, les excursions afro-beat et motorik étant l’occasion de chauffer les guiboles tout autant que les cerveaux, comme sur les groovy The Opposite et The Smoke.

The Smile n’oublie pas de ralentir le tempo et laisser la part belle aux cordes vocales de Thom Yorke, particulièrement en verve sur les douces, lentes et majestueuses Open The Floodgates ou Free In The Knowledge.

Certains pourraient regretter les expérimentations des dernières œuvres des uns et et des autres et juger A Light For Attracting Attention à l’aune de ses illustres prédécesseurs, d’autres, dont je suis, se réjouissent de retrouver Yorke et Greenwood, unis comme au premier jour, heureux sans aucun doute de jouer ensemble et atteindre encore un tel niveau.

The Smile, quel joli nom, quel beau trio !


 

A Light For Attracting Attention – The Smile

 

Xl Recordings – 13 mai 2022 (digital) et 17 juin (physique)

 

Site webFacebookInstagramTwitter


Image bandeau : Alex Lake IG @Twoshortdays

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page