Chroniques Musique

James Yorkston voyage en Suède

Le troubadour pop-rock écossais James Yorkston poursuit son périple musical en passant par la Suède. En effet, la rencontre avec le collectif The Second Hand Orchestra dirigé par le chef d’orchestre Karl-Jonas Winqvist, se voit concrétiser par le très beau The Wide, Wide River et ses 8 magnifiques pièces entre folk, pop et drone !

De ses débuts avec The Athletes en 2002 et le déjà très beau Moving Up Country à son magnifique The Route To The Harmonium ou ses collaborations avec John Thorne et Suhail Yusuf Khan, on ne présente plus l’excellent James Yorkston avec sa voix chaude et profonde et ses folks songs aussi lumineuses que tristes. On espère juste que ce nouvel album, disponible comme à l’accoutumée chez Domino, lui permette d’étendre le champ de ses admirateurs, au même titre qu’un Damien Jurado ou un King Creosote.

The Second Hand Orchestra porté par Karl-Jonas Winqvist, également connu sous le nom de DJ Singasonggighter ou avec Blood Music comprend en son sein Peter Moren des plus connus Peter Bjorn And John et nombre de musiciens suédois adeptes d’instruments traditionnels et de beaucoup de liberté. Le disque a ainsi été enregistré très rapidement, quelques idées posées sur le papier et le tour était joué, pour 8 chansons, qui vont chercher leur racine quelque part en Van Morrison et Neu !

The Wide, Wide River alterne ainsi folk songs épurées sur lesquelles les chœurs et les cordes soutiennent avec grâce les performances vocales de James Yorkston avec des morceaux de bravoure, comme l’exceptionnel There Is No Upside, croisement improbable mais hautement réussi des Waterboys et des Buzzcocks !

Dans la même veine enivrante et sautillante, on citera l’introductif  Ella Mary Leather ou l’enivrant Struggle alors qu’il nous sera bien difficile de retenir nos larmes sur les poignants A Very Old-Fashioned Blues et We Test The Beams, finissant en apothéose lacrymale un disque incroyablement riche et profond, la rivière finit de s’élargir pour se jeter dans la mer.

The Wide, Wide River est un très grand disque, fait de joie et de tristesse, à l’image d’un artiste modeste et très talentueux. À l’heure où l’on nous pousse à nous renfermer sur nous-même, après quelques semaines d’un stupide Brexit, notre écossais préféré nous ouvre l’horizon et offre un vrai beau moment d’humanité.

 


 

The Wide Wide River – James Yorkston And The Second Hand Orchestra

 

Domino – 22 janvier 2021

Site webFacebookInstagramTwitter


Image bandeau : Nadja Hallstrom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page