Chronique Musique Musique

Chapelier Fou : Deltas Spirit !

Écrit par Mag Chinaski

Chapelier Fou-Deltas

 

Trois ans après Invisible, Louis Warynski aka Chapelier Fou, nous revient avec un nouvel album, Deltas, qui sort ce lundi 22 septembre chez Ici D’Ailleurs.

Un titre à tiroir, Deltas, qui en dit long sur le programme qui nous attend. Deltas, comme l’embouchure des différents cours que prennent ses mélodies mais aussi Deltas comme la lettre majuscule Δ, utilisée en sciences et mathématiques pour décrire des changements.

Changement, différence, il faut dire que Chapelier Fou a bien travaillé depuis 2009 et la sortie de son 1er EP chez Ici D’Ailleurs, Darling, Darling, Darling ; Quatre EP, deux albums, des musiques de film, des concerts à travers le monde, ça sent l’album de la maturité ! Et cette pochette, réalisé par Nicolas Nadé, explosion de couleurs qui se superposent, je sens que ça va partir loin cette histoire… !

Sans savoir où ça va me mener, voyage vers l’inconnu, je plonge dans l’univers onirique de ce Chapelier Fou qui ne manque pas d’imagination, 10 titres riches en émotions et un véritable travail d’orchestration, les changements se précisent.

On retrouve bien sûr la patte électro minimale de l’artiste, les mélodies au violon mais pas que, il semble vouloir nous emmener bien plus loin dans les émotions.

Une œuvre riche, dense, que l’on ne s’approprie pas à la première écoute, tant ce bricoleur de sons multi-instrumentiste aime nous perdre au cœur de ce rêve peuplé de sons organiques, la musique se fait vivante, elle nous raconte une histoire, évoque des images qui appartiennent à chacun. Chaque son est là pour nous ramener à une sensation, et créer des histoires sans paroles.

Sur le single Tea Tea Tea, clin d’œil au chapelier fou d’Alice au Pays des Merveilles, il mélange audacieusement sample jazz Nouvelle Orléans avec des violons façon tzigane, le tout dans un clip japonisant à souhait.

Mais sur Pantogan 3.14, nous errons dans un monde froid et métallique, comme l’évoque le son de la guitare électrique. La douceur s’installe le temps d’une berceuse polonaise sur Polish Lullaby avant que Tickling Time n’arrive, seul morceau avec des paroles, en featuring avec Gérald Kurdian. A noter le titre Carlotta Valdés, référence au personnage fantomatique du film Vertigo de Hitchcock.

Autant dire que même après une dizaine d’écoute je n’ai pas encore saisi toute l’ampleur de cet album et je pense qu’il me faudra encore du temps pour explorer toutes les richesses que nous offre ce Deltas. Mais je ne saurais trop vous conseiller de tenter l’aventure, la route est belle et les surprises nombreuses dans l’univers de Chapelier Fou !

Pour vous procurer cet album et avoir plus d’infos sur la tournée de Chapelier Fou, c’est par ici que ça se passe >>> icidailleurs.com/chapelier-fou

Ajouter un commentaire