Littérature Jeunesse

« L’Étrange Réveillon » de Bertrand Santini et Lionel Richerand. Où sont les morts ?

étrange réveillon
Ecrit par Gringo Pimento

Album de jeunesse, L’Étrange Réveillon n’est peut-être pas à mettre entre toutes les mains. Ou alors avec précaution. Le texte n’est pas en cause, le style de Bertrand Santini était déjà bien affirmé en 2012. Les dessins plutôt drôles et tendres de Lionel Richerand n’effrayeront personne, les couleurs adoucissant largement l’histoire.
Non, ici, c’est le thème qui surprend et peut dérouter.

Arthur est un petit orphelin de 7 ans. Ses parents lui ont laissé une fortune si bien qu’il peu avoir tout ce qu’il désire. Or, il s’ennuie. On devinera aisément de qui.
Aidé par une flopée de serviteurs amusants et dévoués, il demande, pour son premier réveillon seul, de dîner avec les morts.
Nos fameux domestiques s’attèlent à la tâche avec bonheur. Seulement les morts, bien qu’articulés, ne mangent pas, ne valsent pas et le pauvre petit Arthur est bien déçu.

Malgré les mets délicieux
Disposés sous leur nez,
Aucun mort n’entama son dîner

Mais minuit n’ayant pas encore sonné, tout peut encore arriver ? Non ?

etrange reveillon

Bertrand Santini et Lionel Richerand, sur un thème pourtant plutôt sombre, la mort, la tristesse, proposent un album finalement optimiste et très sensible. Si la noirceur générale des dessins peut surprendre, on saura gré à Richerand de toujours mettre une petite dose d’humour et de couleur (jaune surtout) au fil des pages.
Quand à la musicalité des mots de Santini, c’est toujours un régal. Si les adultes y sont sensibles, les enfants encore plus, et cela donne au texte une saveur merveilleuse.

L’Étrange Réveillon nous donne à lire et à voir une belle histoire, à la fois fantastique, sombre, humoristique et avec un message extraordinaire pour qui veut bien y croire :

On peut être mort
Sans avoir disparu !


Et puis impossible de ne pas s’attacher à ce petit Arthur, si bien croqué, avec son air naïf et triste et son vocabulaire si développé malgré ses seulement sept ans :

La compagnie des vivants m’attriste et m’accable…
Et pour célébrer Noël,
Je souhaite cette année
Accueillir des Morts à ma table.

L’Étrange Réveillon de Bertrand Santini et Lionel Richerand
Grasset jeunesse – octobre 2012

Ajouter un commentaire