Chronique Musique

Guillaume Stankiewicz fête ses plus belles années

De mon lointain Finistère, je m’aperçois qu’il se passe de drôles de choses en France pour le meilleur et pour le pire. C’est parfois dans les coins obscurs, les lieux secrets que se cachent les plus belles pépites de notre hexagone musicale. Prenons donc La Souterraine qui nous fait un début d’année en fanfare, en nous proposant tout un tas de nouveautés toutes plus formidables les unes que les autres.

J‘aurais pu me concentrer sur Le Courage des Oisifs, superbe compilation de reprises de Dominique A par la fine fleur de la pop à la française, de La Féline à Mansfield Tya en passant par Canari ou Institut.

La Fossette, le premier Dominique A fête en effet ces jours-ci ses 25 ans et c’est peu dire que sa parution fit l’effet d’une bombe pour la jeunesse de l’époque et influence encore aujourd’hui, la grande majorité des très bons chanteurs français.

C’est le cas de Guillaume Stankiewicz, qu’on aurait bien envie de rebaptiser Guillaume S, histoire de ne pas souffrir à grosses gouttes pour en pas rater une lettre de son patronyme. Je resterai un chroniqueur consciencieux et d’ailleurs, l’influence du grand Dominique est certes bien présente mais Guillaume a d’autres cordes à son arc.

Guillaume Stankiewicz, dont notre Cheffe vénérée vous en a déjà dit le plus grand bien en ces lieux , né dans le Nord, élevé dans le Sud est dorénavant installé à Paris et nous a déjà donné 2 EPs, dont le magnifique Sans Cesse et Sans Bruit sorti l’année dernière et toujours disponible sur son Bandcamp.

Pour La Souterraine, il a osé relever le terrible défi du Mostla, soit compiler de titres enregistrés au fil de l’eau et les retravailler pour l’occasion. Il nous offre ainsi Les Années, 11 chansons entre folk et pop, délicates et lumineuses.

La grande réussite de Les Années, c’est de dépasser l’exercice de style et de nous offrir un vrai beau disque, sur lequel Guillaume démontre la palette de son talent et des influences parfaitement maitrisés.

De par chez nous, on pense en effet outre Dominique A (superbe La Nuit), aux grands Mehdi Zannad alias Fugu ou Mathieu Boogaerts, mais on comprend également la passion de notre beau barbu pour les grands maîtres de Townes Van Zandt à Neil Young, de Paul McCartney à Brian Wilson.

Guillaume s’essaye d’ailleurs à l’anglais sur 2 titres, l’angélique Come Along With Me et la jolie berceuse Our Dance, mais c’est en français qu’on l’apprécie le plus car le jeune homme est également un fin parolier et réussit à nous bouleverser avec les merveilleux La Crevasse et Solaire.

Guillaume Stankiewicz est un artiste à suivre de près, délicat orfèvre, alliant charme et discrétion, une petite bulle de classe dans ce monde à la vulgarité facile. Prenez donc le temps de le découvrir, Les Années sont disponibles depuis le 16 janvier chez La Souterraine.

 

 FacebookBandcamp

Crédit photo de l’image bandeau : Louis Teyssedou

  •  
    53
    Partages
  • 53
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer