Littérature Etrangère

Hanoï d’Adriana Lisboa

 

Hanoï-HD-300x460

 

Nouveau roman d’Adriana Lisboa aux Editions Métailié après Des roses rouge vif en 2009 et Bleu corbeau en 2013, Hanoï est un très beau livre, sensible, doux et cruel à la fois.

David, le personnage principal, musicien passionné de jazz, exerçant un tout autre métier pour vivre, se découvre très malade. Il ne lui reste que quelques mois à vivre.

Adriana Lisboa aurait pu tomber dans une ambiance très lourde, glauque, une histoire de souffrance et de maladie incurable, de désespérance. Loin de là, très loin de là.

Parallèlement au destin de David, on suit celui d’Alex, une jeune mère célibataire, et de son fils de 4 ans. L’histoire se passe aux Etats-Unis dans une petite ville. Les deux héros ont des origines étrangères.

Alex est le fruit d’une union entre un soldat américain et une vietnamienne. Les parents de David sont brésiliens et mexicains. Histoire d’immigrants, de langue et d’adaptation à un nouveau pays.

C’est une partie importante de ce livre. L’histoire des parents colle à celles de leurs enfants.

Si David n’a plus de famille, Alex de son côté côtoie toujours sa grand-mère, sa mère et « l’amant » de celle-ci qui vit à 4h de route mais qui finira par la rejoindre. Des liens forts unissent ces gens. 
Bien sûr Alex et David vont se rencontrer, se côtoyer, s’aider l’un l’autre.

Alex aidera David à accepter sa maladie et son futur. David poussera Alex à aller de l’avant, à dévoiler à son enfant qui est son père naturel.

Le titre du livre « Hanoï » sera pendant un moment un lien fort entre ces deux personnages, un peu cabossés et dans la difficulté.

Adriana Lisboa nous offre un roman tout en nuances. La maladie n’est jamais vue sous son angle tragique. Le destin de David est présenté de manière douce. Il se rend simplement au fait et accepte en quelque sorte son destin, cherchant à faire du bien autour de lui avant de mourir.
Le dernier chapitre est extrêmement émouvant. Il boucle la boucle d’une très belle manière. Lieu d’origine et de projet à la fois.

On referme le livre à regret. Les personnages continuent de vivre en nous, à la manière de l’écriture de l’auteur et de sa vision de la vie, de la maladie, doucement, calmement, presque de manière feutrée.

Un livre à l’échelle de nos vies. A lire d’urgence.

Hanoï, de Adriana Lisboa, paru aux Editions Métailié le 12 Mars 2015.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer