Chronique MusiqueMusique

JOY, Addiction Automnale

JOY_def4_BorisGortz

Qu’on se le dise : L’Automne sera accompagné de Joy et de leur album All The Battles. Vous vous demandez pourquoi une telle affirmation ? Tout simplement parce que leur album EST une prescription et une addiction qui vous permettra d’affronter le changement de saison, la nudité des arbres et vous préparer à l’arrivée de l’automne tant son énergie est belle et communicative.

Mais tout d’abord commençons par le commencement. Joy qui est-ce ? Joy est un trio belge à la puissance vocale et la carrure impressionnantes. L’origine de Joy on la doit à Marc Huyghens. Oui je sens que ce nom vous parle. C’est normal car Marc Huyghens n’est autre que l’ancien membre de Vénus ! Un des groupes belges les plus audacieux ayant officié durant les années 90 et jusqu’au début des années 2000. Ca y est la mémoire vous revient ? Bon un dernier coup de pouce avec leur plus grand tube :

Voilà, on y est. Vous avez saisi la grandeur de l’homme. Reprenons donc la suite de cette chronique, je sens que j’ai à présent toute votre attention.

Venus ayant mis un point final à son existence c’est en toute logique que Huyghens a souhaité créer une nouvelle formation et ce sera JOY en 2008 où il va, dès le départ, s’accompagner de la chanteuse et percussionniste Françoise Vidick. Pour leur premier album, sorti en 2010, ils sont accompagnés d’Anja Naucler au violoncelle. Leur premier album fut une véritable révélation pour mes écoutilles avec, entre autres le magnifique titre Mirage :

Pour ce second opus Anja a quitté l’aventure et Françoise et Marc sont rejoints par la guitariste, bassiste et chanteuse Katel. L’alliance de leurs trois caractères et savoir-faire se révèle en bord de mer, dans une maison retirée. C’est dans cet endroit dénué de tout artifice que leur musique va jaillir tel un volcan en fusion. L’intensité de la voix de Huyghens est mêlée aux riffs acerbes de Katel et à la batterie de Françoise oscillant habilement entre un Pianissimo envoûtant et un fortissimo décapant. A ce premier mix ils vont allier leurs voix, apportant chacun une sonorité et une intention différente à chaque instant. La mixture est belle, audacieuse, parfois austère, explosive aussi mais avant tout éclatante.

Ils parviennent à donner un « goût » de folk ancestrale à un Rock jamais poussif, parfaitement dosé, nous donnant aussi bien l’envie irrépressible de crier que celle de vibrer.

Leur premier extrait Sunday and I, sorti en juillet dernier, appartient plus à une trempe Folk mais vous y reconnaîtrez malgré tout la patte de John Parish (producteur de PJ Harvey, Eels, Tracy Chapman, ou encore Sparklehorse pour ne citer qu’eux, est un des producteurs dont les artistes s’arracheraient la collaboration). Parish est donc le producteur de ces onze morceaux. Une collaboration qui tombe sous le sens comme vous pourrez le constater à l’écoute de cet album comme avec ce dernier extrait dévoilé la semaine dernière : Life.

Pour finir je dirai que, dans l’écriture des textes, Marc Huyghens excelle toujours autant. Il a ce talent de magnifier la mélancolie, les déceptions ou la colère. Et ce don est si rare que lorsque l’on croise son chemin les frissons nous parcourent l’échine et l’addiction se révèle comme une évidence.

L’album étant déjà sorti chez nos amis belges il est en écoute sur Spotify et sera chez votre disquaire dès le 7 Octobre prochain ou chez  le label Caramel Beurre Salé.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer