Cinéma

Sils Maria d’Olivier Assayas : Au rien s’en vont les nuages.

Sils-Maria

Cela faisait un certain temps que je n’avais pas redonné sa chance à Assayas, dont je ne garde finalement que des souvenirs assez fugaces.

La bande annonce ne me disait rien qui vaille : on sentait déjà les intentions pesantes d’un parallèle entre la vie de l’actrice et le rôle qu’elle joue, une énième variation sur le Sunset Boulevard, Eve et consorts.

 

 

Il est particulièrement intéressant de voir Sils Maria quelques jours après Winter Sleep. Les films ont en commun un attrait consommé pour le dialogue analytique, de longues séquences à deux sur la voie laborieuse d’une révélation de la vérité.

A ceci près que celle d’Assayas est d’une transparence confondante. Résultat, ses deux heures semblent durent le double des 3 heures et quart de Ceylan.

Tout est poussif dans l’écriture : le prologue, interminable, n’a pratiquement pas d’intérêt pour la suite. On sent bien la tentation de coller à l’époque, par la multiplication des smartphones et tablettes, où l’on google quelqu’un pour le connaitre, où les gossips du net font des ravages et notre actrice vieillissante n’accroche plus la locomotive de la modernité.

Ce qu’on a du mal à comprendre, c’est le traitement du rythme : pourquoi tant de répétitions ? Dans les deux sens du terme : celles du texte théâtre que Maria s’entraîne à jouer avec son assistance, et celles du scénario lui-même.

Sils Maria est d’autant plus un film raté qu’il compose avec une partition de haute volée. Les comédiennes sont indéniablement excellentes, leurs échanges fonctionnent à merveille, que ce soit la complicité complémentaire Stewart/Binoche  ou la rivalité tue entre Binoche et Moretz.

La photographie est très belle et le cadre alpin souvent bien exploité, (gâché le plus souvent par une musique d’un autre âge qui nous propulse du côté de la publicité) notamment dans cette quête du serpent nuageux sur un des cols, et force est de reconnaître qu’Assayas sait tenir une caméra, à l’instar des déplacements dans les décors de la scène théâtrale dans l’épilogue.

On semble avoir oublié un seul élément en route : le propos. Il est particulièrement ironique de voir Binoche  blatérer sur le sous texte du rôle qu’elle travaille et de fustiger la maigreur des films de super-héros lorsqu’on constate à quel point le rôle qu’elle sert ici n’a pas plus d’épaisseur que le vent nuageux qu’elle chasse en vain.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

2 commentaires

  1. Bonjour
    Je l’ai rattrapé hier lors d’un passage rapide sur la capitale et je te trouve un peu sévère avec ce film…dieu sait que le cinéma d’Olivier Assayas n’est pas forcément mon préféré (j’avais notamment eu énormément de mal avec son précédent Après mai qui m’irritait énormément et dans son propos et son traitement ou encore l’heure d’été, ennuyeuse campagne de promotion pour le musée d’orsay), et évidemment ce Sils Maria a un coté un peu pontifiant et bavard mais je ne me suis pas ennuyé du tout ( je ne m’étais pas non plus ennuyé à Winter Sleep, faut croire que j’aime les films bavards), je trouve que son propos reste dans l’ensemble assez pertinent sur le rapport au temps qui passe et sur le métier d’acteur, ces gens qui oscillent sans cesse entre égo démesuré et manque total de confiance en soi… personnellement j’aurais plus fait le rapprochement avec un autre film récent, Map of the stars, autre miroir grossissant sur ces acteurs- et qui traite également d’une oeuvre à rejouer 20 ans après-…pas le film de l’année mais pour moi un des meilleurs films de son auteur…bonne journée à toi!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page