BiographieLittérature EtrangèreLittérature FrancophoneNoirsPoésieRevuesUne semaine en romans

Une semaine en romans #19

Tous les lundis, nous vous proposons des suggestions de lecture parmi les romans – nouveautés ou rééditions marquantes – qui sortent en librairie ces jours-ci. Un format court, informatif, complémentaire de nos autres rubriques littéraires : de quoi aiguiser votre curiosité et vous donner envie de découvrir encore plus de littératures d’ici et d’ailleurs. Pour cette nouvelle rubrique, les présentations sont basées sur les informations communiquées par les éditeurs.

Les Détectives sauvages de Roberto Bolaño
traduit de l’espagnol (Chili) par Robert Amutio
Paru aux éditions de l’Olivier, 4 novembre 2021

Roberto Bolano, Les détectives sauvages, éditions de l'Olivier«Mon roman comporte autant de lectures qu’il contient de voix. Il peut se lire comme une agonie. Mais aussi comme un jeu. » Roberto Bolaño
Abandonnant ses études de droit, Juan Garcia Madero plonge dans les bas-fonds de Mexico. Avant de partir, en compagnie d’une prostituée nommée Lupe, à la recherche de Cesàrea Tinajero, poétesse mythique dont la trace se perd dans le désert… Parviendront-ils à la retrouver ? De Barcelone à Paris, d’Israël à la Californie, Roberto Bolaño nous offre l’épopée lyrique d’hommes en quête de la vraie vie, « le voyage infini de gens qui furent jeunes et désespérés mais ne s’ennuyèrent jamais» (Enrique Vila-Matas).
Ce roman extraordinaire marque le début d’une nouvelle ère dans la littérature latino-américaine. La critique internationale l’a comparé aux œuvres majeures de Cortázar, de Borges et de Kerouac.

Les éditions de l’Olivier sur Twitter – Instagram – Facebook

 

Les Serpents de la frontière de James Crumley
Nouvelle traduction de l’anglais (USA) par Jacques Mailhos
Paru chez Gallmeister, 4 novembre 2021

James Crumley, Les Serpents de la frontière, GallmeisterCela fait des années que Milo a arrêté de boire, et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça ne lui a pas réussi. Dépossédé de son héritage par un escroc, il finit par débusquer son vieux pote Sughrue au fin fond du Texas. Le plan est simple : à eux deux, ils vont mettre à profit leur expérience d’enquêteurs peu conventionnels pour retrouver l’escroc et rendre une justice exemplaire. Accessoirement, Milo entend “arrêter d’arrêter” les substances déconseillées pour la santé. Mais Sughrue a lui aussi quelque chose à demander. Toujours incontrôlable, il s’est mis à dos une bande sacrément dangereuse, les “serpents de la frontière”. Des serpents connus pour ne pas faire de quartier. Sauf que Sughrue n’a pas le sens de la mesure, et puisque Milo est là…
Les deux héros de James Crumley conjuguent leurs fulgurances et leur folie dans une quête qui les entraîne au cœur des déserts du Mexique.

Les éditions Gallmeister sur Twitter – Instagram – Facebook

 


Le Visage de pierre de William Gardner Smith

Traduit de l’anglais (USA) par Brice Matthieussent
Paru chez Christian Bourgois, 7 octobre 2021

William Gardner Smith, Le Visage de pierre, Christian BourgoisFuyant les États-Unis et le racisme qui y règne, Simeon, un noir américain, arrive au début des années 1960 à Paris. Ici, les noirs se promènent sans craindre pour leur vie, et la diaspora américaine a pignon sur rue : dans les cafés, on refait le monde entre deux morceaux de jazz, on discute de politique en séduisant des femmes… Tout semble idyllique dans la plus belle ville du monde. Mais Simeon s’aperçoit bien vite que la France n’est pas le paradis qu’il cherchait. La guerre d’Algérie fait rage, et un peu partout, les Algériens sont arrêtés, battus, assassinés. En rencontrant Hossein, un militant algérien, Simeon comprend qu’on ne peut être heureux dans un monde cerné par le malheur : il ne peut pas rester passif face à l’injustice. Écrit en 1963, Le Visage de pierre fut le seul livre de William Gardner Smith à n’avoir jamais été traduit en français, et l’on comprend pourquoi : pour la première fois, un roman décrivait un des événements les plus indignes de la guerre d’Algérie, le massacre du 17 octobre 1961. Dans cet ouvrage où l’honneur se trouve dans la lutte et dans la solidarité, William Gardner Smith explore les
zones d’ombre de notre récit national.

Les éditions Christian Bourgois sur Twitter – Instagram – Facebook

 

Justice de rue de Kris Nelscott
traduit de l’anglais (USA) par Benoîte Dauvergne
Paru aux éditions de l’Aube, 10 novembre 2021

Kris Nelscott, Justice de rue, éditions de l'AubeNous sommes aux premiers jours de l’année 1970, et pourtant rarement un roman de Kris Nelscott n’aura semblé aussi actuel.

Smokey Dalton, alerté par son fils Jimmy, retrouve dans un hôtel sordide celle qu’il considère comme sa nièce, la jeune Lacey, treize ans. Elle a été violée et battue. Dalton n’aura alors plus qu’un objectif en tête : démanteler le réseau de prostitution et d’esclavage qui sévit dans cet hôtel depuis des années, attirant les jeunes filles scolarisées à l’école voisine, dans un quartier noir de Chicago.

Comme chaque fois, Nelscott frappe juste pour dénoncer l’atrocité des inégalités raciales et le silence assourdissant des autorités. Surtout quand les victimes sont des filles.

 

Les éditions de l’Aube sur Twitter – Instagram – Facebook

 


La Révolution au cœur de Christian Olivier
Paru au Nouvel Attila, 19 novembre 2021

Christian Olivier, La révolution au coeur, Le Nouvel AttilaUn livre a été oublié dans un cinéma. Après avoir semé la zizanie, son encre et son alphabet dans la ville, il se retrouve en prison. Qui pourra le libérer ? Quand Christian Olivier, chanteur des Têtes Raides et membre des Chats Pelés s’empare de la poésie russe révolutionnaire à travers un conte sur Octobre rouge, ça fait poum poum tchak !

Ponctué de poèmes des plus grands poètes russes révolutionnaires (Akhmatova, Blok, Essénine, Maïakovski, Mandelstam, Pasternak, Pouchkine, Tsvétaïeva…), typographié et illustré par les Chats Pelés, préfacé par André Markowicz avec qui Christian Olivier s’est longuement entretenu, ce livre, en cette fin d’année, apporte de la couleur dans la maquette et les cœurs !

Les éditions Le Nouvel Attila sur  Instagram – Facebook

 

Je n’obtiens que des réponses idiotes – Lettres d’amitié et d’antipathie de Oscar Wilde
Lettres choisies et présentées par Marco Federici Solari
Paru chez L’Orma éditions, 10 novembre 2021

Oscar Wilde, Je n'obtiens que des réponses idiotes, Lorma éditionsIcône excentrique et dandy par excellence, Oscar Wilde vécut une existence à la fois fabuleuse et tragique. Dans les lettres à ses amis, adversaires et à la presse, on retrouve les plaisanteries fulgurantes et les piquantes saillies qui ont rendu légendaires ses conversations et ses œuvres.

De scandales en triomphes, des salons aristocratiques à une misérable geôle, nous suivons le parcours d’un écrivain qui, avec la beauté d’un funambule, édifia le mythe d’une vie sans pareille.

 

Les éditions L’Orma sur Instagram – Facebook

 


Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page