Chronique Musique

La nouvelle cuvée de White Wine, à consommer sans modération !

White Wine / Altin Village & Mine Records / Brown-Bunny SP
White Wine / Altin Village & Mine Records / Brown-Bunny SP
Écrit par Beachboy

On s’était pourtant promis d’éviter toute allusion œnologique à l’heure de parler de Killer Brilliance, le nouvel album de White Wine, mais que voulez-vous, quand le vin est bon, et bien, il est bon….

 

 

Je m’étais déjà fendu d’un p’tit coup de vin blanc à la sortie de l’excellent Who Cares What The Laser Says l’année dernière. L’ivresse se poursuit donc avec cette nouvelle livraison, toujours en provenance de Leipzig, de Joe Haege et Fritz Brückner.

On rappellera rapidement que Joe Haege est surtout connu en tant que chanteur de 31 Knots et Tu Fawning, sans oublier sa participation à Menomena et The Dodos. Quant à son compère Fritz Brückner, il officia comme soundman auprès de ces même Tu Fawning et MenomenaLe groupe se complète avec le très doué batteur Kirmes Kühr.

Si Killer Brilliance se positionne avec brio dans la suite de Who Cares What The Laser Says, le propos se fait plus sombre, la folie se fait colère, à l’instar d’un Algiers moins politique et plus mélodique.

Est-ce l’influence de Leipzig ? Est-ce notre sombre époque, qui en rappelle une autre ? Killer Brilliance semble en tous cas nous balader dans l’ambiance glauque et froide d’un polar sombre pendant la guerre froide.
Ainsi, quelques grands noms des années 70/80 nous viennent rapidement en tête à l’écoute des excellents Abundance, Broken Letter Hour et autres 7 Letters, quelque part entre Suicide, David Bowie, période trilogie berlinoise ou encore Birthday Party.

Plus proche de chez nous, on pourrait conseiller ce remarquable disque à tous les déçus du dernier album des Liars ou les amateurs de Beak>, le projet krautrock de Geoff Barrow, l’ex Portishead.

Le disque joue ainsi énormément sur les ambiances tordues, les contre-pieds et les mélodies aussi torturées qu’imparables. La voix splendide d’Haege fait la différence, qu’elle soit soutenue par des guitares, cuivres  et la batterie métronomique de Kühr ou par des nappes synthétiques d’un autre temps.

Les White Wine continuent d’explorer les coins les plus sombres de la pop et d’inventer leur musique à chaque seconde, les zones de confort n’existent pas pour Joe Haege et ses amis. Tant mieux pour nous, il y a là, matière à faire un étrange et magnifique voyage !

Killer Brilliance est disponible depuis le 29 septembre chez Altin Village & Mine Records

Site OfficielFacebook

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.