BD

Émilie en thérapie : « Après la psy, le beau temps ? »

Les deux tomes de la série Émilie voit quelqu’un (parus en 2015 et 2017 chez Fluide Glacial) sont ici réunis en un album complet sous le titre Après la psy, le beau temps ?
Avec la très prolifique Théa Rojzman au scénario (Scum, Grand Silence, Billie Bang Bang) et Anne Rouquette au dessin (qui travaille pour Astrapi et Mes premiers j’aime lire), cette BD colorée, pleine d’humour et au ton subtil, nous fait faire connaissance avec une jeune femme âgée de 30 ans, dont le copain totalement idiot, les amies bizarres et les parents aussi intrusifs que parfois mystérieux, peuplent un quotidien empreint de spleen.

Mais cet univers un peu barré ne serait rien sans la présence de Madame Soulac, une vieille psychanalyste aux méthodes parfois peu conventionnelles. Elle aurait bossé avec Lacan mais, le plus dingue dans tout ça, c’est que dans sa jeunesse, elle serait sortie avec Mick Jagger ! De quoi piquer au vif notre trentenaire qui, de conseil en prise de conscience, va accepter de se confier à elle et de se laisser aller à une thérapie salutaire.

En effet, sous ses allures de Mary Poppins, le mal-être d’Émilie s’est installé. Les doutes ont fait surface. Elle se trouve insignifiante, trouve son travail passionnant mais stressant. Elle qui déteste rester seule passe nombre de ses soirées à attendre que son grand gamin de compagnon daigne quitter des yeux sa maudite télévision… Et ce n’est pas le chat de la maison, dont elle ne supporte pas les mimiques, qui va la détendre !

Après la psy
Extrait d’ « Après la psy, le beau temps? – Emilie voit quelqu’un » / Théa Rojzman et Anne Rouquette/ Fluide Glacial

Aidé par un collègue de l’école primaire où elle enseigne, elle finit par mettre un mot sur ses tourments : dépression. Au niveau psychique, « outre une tristesse intense et la perte de l’estime de soi, la dépression peut entraîner une baisse de l’attention et des pensées négatives voire morbides. Elle peut aussi causer diverses douleurs et engendrer des grattages de bras ! » C’est ce qu’on peut lire dans une des pages de l’ouvrage qui, régulièrement, s’attarde sur les grands concepts psychanalytiques, nous expliquant ainsi avec plusieurs schémas ce qu’est une névrose, un transfert, le Moi et le Surmoi…

De colères froides en actes manqués et lapsus révélateurs, Émilie tente donc de se poser les bonnes questions, peinant d’abord à trouver ce bonheur que sa sœur, par exemple, affiche ostensiblement. Ensuite, nous suivons son cheminement et arrivons, soulagés, au premier jour du reste de sa vie. Drôle et futée, bien documentée, Après la psy, le beau temps ? se révèle un bel exemple de résilience humaine.


Après la psy, le beau temps ? – Émilie voit quelqu’un de Théa Rojzman et Anne Rouquette 

Éditions Fluide Glacial – 3 février 2021

 

Site webFacebookInstagramTwitter

Après la psy
Après la psy

Image bandeau : Extrait d’ « Après la psy, le beau temps? – Emilie voit quelqu’un » / Théa Rojzman et Anne Rouquette/ Fluide Glacial

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page