Littérature Francophone

L’incitation joyeuse de Martin Page à une sexualité heureuse

Déjà fort d’un succès inattendu, Le nouvel Attila offre au livre de Martin Page une plus large diffusion. En effet, Au-delà de la pénétration était paru dans la petite maison Monstrograph gérée par l’auteur et Coline Pierré.

Dans cette nouvelle édition, il est précisé que le livre a été imprimé à un tirage frôlant les 6666 exemplaires pour mettre fin à l’impatience des lecteurs-rices de tout poil. On ne peut que se réjouir de trouver désormais partout ou presque ce livre déconstruisant nos vieilles habitudes.

Car Martin Page tente joyeusement d’élargir notre réalité en constatant que la pénétration est une norme sexuelle excluant très souvent le plaisir de l’un-e des partenaires (voire parfois les deux). Attention, ce n’est pas un livre pamphlétaire ou moraliste mais une véritable ode à la tendresse et à la délicatesse.

Faire l’amour devrait être la rencontre des corps et leur conversation.

Martin Page y écrit de son point de vue d’hétérosexuel-cis. Il utilise autant le « je » que le jeu. Quand l’auteur fulmine contre les injonctions, il écrit des jurons à faire pâlir le capitaine Haddock. Par exemple, on peut y trouver « Punaise de kanelbullar de plutonium » ou encore « Punaise de crêpe en quartz ».

Au-delà de la pénétration est une résistance contre les injonctions d’une sexualité hétéronormée. Il parle et donne à lire des témoignages sur le sexe de manière définitivement libre. On est loin de l’essai plombant d’un médecin cherchant à vendre sa recette miracle.

Sensible à toutes les souffrances, Martin Page démontre qu’une sexualité non-oppressive et incluant les désirs de chacun-e est largement possible, dans ce qui n’est pas un livre « Contre la pénétration » (premier titre imaginé) mais bien au-delà, ce terme qui résonne pour Martin Page comme le cri ambitieux de Buzz l’éclair dans Toy Story « Vers l’infini et au-delà ! ».

Au-delà de la pénétration donne l’impression de s’écrire comme un assemblage peu conforme aux standards habituels de l’essai. C’est une fête où chacun-e trouvera alors matière à réflexion sur son intimité. Récemment, un critique s’offusquait que les remerciements prennent quinze pages. Et voilà comment Martin Page fait mouche : il ne respecte pas les codes établis, prolongeant sa bienveillance au gré du livre. Ça fait bougrement du bien de concevoir au-delà sa sexualité et la littérature !


Au-delà de la pénétration
de Martin Page

Le Nouvel Attila, 10 janvier 2020

Martin Page sera présent le mercredi 12 février à la librairie La vie devant soi à Nantes.
En compagnie d’Amandine Dhée, ils participeront à une soirée dans le cadre du cycle « Sexualité(s) » initié par la librairie. Rendez-vous donc au 76 rue Maréchal Joffre à Nantes à partir de 19h15.

 

Site web Facebook Instagram Twitter

 


Image bandeau : Brittney Burnett/Unsplash

  •  
    95
    Partages
  • 94
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •   
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer