Littérature Etrangère Noirs

Cassandra de Todd Robinson : le petit nouveau de la collection NEONOIR

Ecrit par Delphine Cambet

« Je ne supporte pas les brutes, même si mon métier consiste à être la pire brute du quartier. »

Boo et Junior se connaissent depuis l’enfance. Ils ont grandi dans le même foyer, multipliant les mêmes petites combines pour s’en sortir et sauver leur peau. Une chose est sûre : ils sont droits et plutôt fidèles en amitié. Ils ont monté une petite affaire les 4PC, Plans Pourris Pour Pas Cher, une agence de protection et de services. Videurs au Cellar, un bar de Boston, ils aiment jouer les durs et en imposent avec leur carrure de brutes et leur collection de tatouages.

Un soir, on leur propose un job : retrouver une adolescente de quatorze ans mais pas n’importe laquelle, la fille du procureur de Boston. Dans la balance, un paquet de fric et des informations que Boo ne peut pas laisser filer. Les deux amis se lancent donc sur les traces de la gamine et vont aller de surprises en surprises.

Après Nick Valentine et Frank Sinatra, voici le nouveau tandem de la collection NEONOIR : Boo et Junior le duo tatoué et sexy de Cassandra sont tout sauf des tas de muscles. Derrière leur allure de gros durs affleurent un passé en foyer et des blessures bien plus profondes que l’encre sur leur peau. Ils ont souffert et comptent bien faire payer les mauvaises fréquentations de la jeune Cassandra qu’ils vont tenter de protéger envers et contre tout. Derrière l’humour et les blagues des deux comparses planent l’ombre de l’enfance maltraitée et du malaise adolescent.

Au final un duo attachant, de l’humour, une intrigue bien ficelée, une traduction impeccable et la promesse de nouvelles aventures sont les ingrédients de ce nouvel opus des Éditions Gallmeister. Cassandra ne livre pas tous les secrets du duo de choc et c’est tant mieux. « On se reverra… » promet un des personnages de Todd Robinson dans les dernières lignes. Le rendez-vous est déjà pris.  

Cassandra, Todd Robinson, traduit de l’américain par Laurent Bury

NEONOIR, Gallmeister, Août 2015.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Ajouter un commentaire