Chroniques Musique

Cathedrale remède contre la monotonie

Ils ont beau s’appeler Cathedrale, ils ont peu de chance d’être retenus si jamais ils postulent enfants de chœurs.

A l’inverse, Houses Are Built The Same, le 3ème album de ces quatre jeunes toulousains a tout du parfait CV pour ouvrir un garage qui ferait sacrément concurrence à leurs confrères américains ou britanniques !

Très sympas avec les chroniqueurs un brin feignants,  Maxime Costa (batterie), Robin Tubert (guitare), Félix Paineau (bassiste et voix) et Jules Maison (guitares et voix) nous demandent de nous tenir prêts et nous font le plein d’information dès Intro, histoire de nous préparer à la déferlante annoncée.

On reprendra donc certains éléments pour dire que, créé en 2015, Cathedrale, après quelques démos et singles, sort un premier album en 2017 intitulé Total Rift avant d’enchaîner avec le très bon Facing Death, sans oublier entretemps d’écumer toutes les scènes européennes avec, entre autres, Frustration, Uranium Club ou Thee Oh Sees.

Alors que leurs deux premiers disques avaient été enregistrés à la maison, à Toulouse avec Lo Spider, cette fois-ci le quatuor s’est emparé du Haha Sound Studio pour enregistrer 13 nouvelles bombinettes et les remettre entre les mains expertes de Syd Kemp, pilier des lieux et accessoirement génial bassiste des excellents Ulrika Spacek.

Quand déboulent les premières mesures du fiévreux The Bet, on se dit de suite que Cathedrale s’est parfaitement adapté à la trépidante vie londonienne, tant ils semblent avoir musclé leur jeu et gagné en profondeur et puissance.

En effet, Houses Are Built The Same ne vous lâchera pas une seule seconde et à l’issue de ces 13 rounds, vous laissera littéralement KO. Rythmiques super efficaces, guitares joliment maltraitées, Cathedrale frappe fort d’entrée et enchaîne l’excellence Post Punk, d’Aquiel et son p’tit air de Fat White Family au brûlant Open Your Eyes en passant par le vénéneux Right Time.

Quelque part entre Parquet Courts (Gold Rush) et Protomartyr (Taste Good), Cathedrale  a la formule qui va bien pour tout défoncer sur son passage mais avec grâce et souplesse, car les mélodies ne sont pas de simples faire-valoir à une voix qui semble avoir bouffé du caillou. Cathédrale a la folie furieuse et élégante.

Ils ont également du souffle, car leur marathon sonique se finit au sprint, tout va de plus en plus vite, Reverence, Shine The Light et Is Your Man A Reptile, les 3 derniers titres ramassent la mise…et l’auditeur à la p’tite cuillère.

Houses Are Built The Same s’avale cul-sec et fait du bien là où ça passe.  On attend dorénavant Cathedrale de pied ferme sur scène car leurs nouvelles chansons ont tout ce qui faut pour nous servir d’indispensables défouloirs !


 

Houses Are Built The Same – Cathedrale

 

Howlin Banana Records – 24 avril 2020 (22 mai pour la version physique)

 

Site web Facebook Instagram Twitter


Image bandeau : Franck Alix

 

  •  
    38
    Partages
  • 37
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page