BD

« Douze bouteilles à la mer » : impérial !

Et de trois !
Avec Douze bouteilles à la mer, voici le 3e volume d’Un grand bourgogne oublié (Grand Angle).
À noter : chaque tome est une histoire complète. Que celles et ceux qui voudraient déguster pour la première fois ces vendanges dessinées par Boris Guilloteau et scénarisées par Hervé Richez et Emmanuel Guillot (également personnage principal de l’ouvrage), ne se privent donc pas d’un réel plaisir de lecture !

En effet, se plonger dans l’histoire d’une bouteille censée contenir un Chambertin de 1802 – mais qui renferme en réalité un élixir historique – pourrait ne séduire que les aficionados du genre : Manu Guillot ayant été formé dans les plus grands domaines de Bourgogne et par ailleurs sommelier à Londres à L’Ortolan (deux macarons au Michelin), les conversations de spécialistes s’enchaînent. On parle ainsi de vin issu d’une solera, de pigeage et de Brexit.

Pour autant, les explications amenées au fil du récit et le formidable destin des bouteilles trouvées par Manu dans la cave écossaise du grand-père de son épouse Tess, réussissent à captiver. Le dessin en noir et blanc accompagne efficacement la quête de vérité menée par une petite troupe de passionnés.
Tout commence au décès du grand-père, avec l’héritage de douze très vieilles bouteilles siglées d’un B.
Alors qu’un bourgogne devrait s’y trouver, les papilles gustatives des premiers goûteurs font apparaître la présence d’un très grand madère. Comment ce vin portugais a-t-il pu se retrouver là ? Le mystère plane. Et que contiennent les onze autres bouteilles, toutes de taille et de format différents ?

C’est ce que Manu va s’efforcer de découvrir, battant le pavé de plusieurs places du vin en Europe, à la recherche d’une information, d’un contact, d’une histoire cohérente. Pour cela, il est accompagné d’un grand sommelier, grand spécialiste de madère et de porto. Reste que le marché anglais venant de se fermer brutalement et obligeant Manu à trouver un nouvel importateur pour ses vins, il va devoir mener plusieurs combats de front. Pas facile pour lui, d’autant qu’un personnage détenant une partie de la vérité va venir mettre de l’huile sur le feu.

Le vin a sa hiérarchie. Tant en termes de pouvoir d’achat que de capacité d’influence et de recommandation. C’est ce que nous enseigne Douze bouteilles à la mer, qui nous invite aussi à s’interroger sur ce qu’est un grand vin. Bouzin de bois !


 

Un grand Bourgogne oublié 3 : Douze bouteilles à la mer de Boris Guilloteau, Hervé Richez et Emmanuel Guillot

Grand Angle – 12 janvier 2022

 

Site webFacebookInstagramTwitter

douze bouteilles


Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page