Expositions

L’art éphémère d’Andy Warhol s’expose à Lyon

Le musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique de Lyon met en lumière actuellement une des passions qui animait l’artiste touche-à-tout Andy Warhol, à savoir les ephemera.

Les ephemera, qu’est-ce que c’est ? Ce sont ces imprimés éphémères du quotidien, cela va du prospectus à l’affiche, de l’invitation au faire-part de naissance, du ticket de métro à une étiquette de vin. Ces imprimés, autrefois baptisés « vieux papiers » ou « bilboquets » et jugés superflus, sont en réalité de véritables témoignages d’une époque et commencent ainsi à trouver leur place dans les musées et les bibliothèques.

Andy Warhol était lui-même amateur et collectionneur d’ephemera. De ses voyages, il ramena des cartes postales, des en-têtes d’hôtels, des autocollants touristiques, des billets d’avion ou de banque,  des tickets d’entrée d’opéra ou de monument, la lettre d’un tailleur de Hong-Kong qui l’informe que son vêtement est prêt…. La diversité de ces imprimés aux formes colorées a sans doute nourri sa créativité et son imagination et éveillé en lui le désir d’élever au rang d’art véritable ces innombrables morceaux de papier du quotidien, que le pop art va se charger de transfigurer.

Andy Warhol- Ephemera
Children books, 1958. Collection : Paul Maréchal ; Photographie : Roch Nadeau ; © The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts, Inc.

 

Andy Warhol Ephemera
Diana Ross, Silk electric, pochette de disque, 1982. Collection : Paul Maréchal ; Photographie : Roch Nadeau ; © The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts, Inc.

L’exposition Andy Warhol Ephemera présente une sélection d’œuvres graphiques commerciales et publicitaires de l’artiste new-yorkais. Ces documents passionnants sont montrés pour l’immense majorité pour la première fois en Europe et proviennent de la collection du Montréalais Paul Maréchal, collectionneur, conservateur de la collection de la Power Corporation du Canada, professeur à l’UQAM (Université du Québec à Montréal), conférencier et déjà auteur de quatre catalogues sur Warhol. C’est en découvrant un vinyle de Paul Anka en 1996, dont la pochette a été réalisée par Andy Warhol (The Painter, 1976), que la passion de Paul Maréchal pour l’artiste américain voit le jour. Surpris par cette pochette qui lui est inconnue, Paul Maréchal interroge le Musée Warhol à Pittsburgh, qui lui indique avoir recensé environ 23 pochettes de disques illustrées par Warhol au cours de sa carrière.

On y découvre un Warhol protéiforme encore trop méconnu, un créateur génial qui aimait expérimenter les sujets et les formats les plus divers. Artiste commercial, illustrateur pour les magazines, « artiste d’affaires » selon ses propres mots (peintre, manager, cinéaste), mais aussi artiste d’espace, rien ne semblait pouvoir limiter son appétit créatif. On peut ainsi admirer quelques-unes des affiches, pochettes de disques, images de couvertures de livres, invitations ou dessins publicitaires créés par l’artiste.

L’exposition montre bien à quel point Warhol était partout car tout le monde voulait Warhol, que ce soit pour vendre du vin, de l’eau pétillante, une montre ou des cartes de vœux, faisant de la signature de l’artiste une véritable marque, qui plus est très rentable. « Une compagnie se proposait d’acheter mon « aura ». Ils ne voulaient pas mon produit. Ils répétaient inlassablement :  » Nous voulons votre aura ». Je n’ai jamais trouvé ce qu’ils voulaient vraiment. Mais ils étaient prêts à payer très cher pour l’avoir. » Ce qui lui convenait très bien car de manière totalement décomplexée, l’artiste affirmera également : «  Pour moi, l’argent est l’instant parfait, l’argent est mon humeur. »

L’éphémère, art modeste par excellence mais non mineur comme nous le montrent la précision et les prouesses des œuvres exposées ici, seyait parfaitement à Warhol qui voulait travailler et se faire diffuser à grande échelle et grande vitesse  : « Depuis que je suis petit, j’ai envie de vivre aussi vite que possible. Alors j’essaie toujours de trouver un moyen de faire les choses plus rapidement« .

Ne passez pas à côté de cette exposition riche et foisonnante, avec des œuvres de Warhol encore très peu exposées au public, qui plus est dans un musée qui est un véritable bijou de la Renaissance.

Andy Warhol Ephemera – jusqu’au 16 septembre au Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique de Lyon.

Toutes les informations sont à retrouver ici.

  •  
    17
    Partages
  • 15
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •   
Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer