Lire

Le bonheur coûte 10 euros – et il est rose.

Ecrit par Vincent

guy robert

Tout le monde a, au moins une fois dans sa vie, croisé un personnage célèbre, une actrice, un chanteur, une femme ou un homme politique.

Guy Robert évoque, dans ce court livre de 86 pages qui se révèle rapidement addictif, ses rencontres avec les Rolling Stones, Georges Pompidou, Amélie Nothomb ou Eric Cantona, faisant preuve d’un humour détonnant et d’une impertinence absolument réjouissante. Il épingle ainsi discrètement nos comportements face aux figures omniprésentes dans les médias, nos réactions lorsque nous apercevons ces visages connus – tiens, c’est Jean Rochefort, là-bas -, sans pour autant donner au lecteur l’impression de feuilleter un magazine ou de parcourir une liste de références culturelles des quarante dernières années.

L’auteur utilise également ces contacts éphémères avec les sommités pour établir son auto-portrait, comblant les vides en insérant ici et là des dates et des lieux, qui le font paraître étonnamment proche de nous, alors même qu’il ne dit quasiment rien de lui. Un temps mort, et Guy Robert s’arrête un instant sur son patronyme, extrêmement répandu, qui lui a souvent valu d’être confondu avec ses nombreux homonymes et confronté à des situations parfois délicates, puis il reprend le fil du récit, fait allusion à des paragraphes antérieurs, créant, de cette manière, une connivence avec son lecteur, une intimité dont on n’a pas envie de sortir.

Reconnus est drôle, vraiment drôle, à tel point qu’il semble impossible de ne pas rire en parcourant ces brillants instantanés, et tellement drôle, aussi, qu’il devient finalement compliqué de choisir une citation, parmi la vingtaine de passages initialement retenus, pour susciter, chez l’autre, l’envie de le découvrir.

Une fois le livre refermé, naturellement, on s’empresse de l’ouvrir à nouveau pour le relire et savourer les bons mots de l’auteur. En somme, c‘est un ouvrage à offrir en toutes circonstances.

Guy Robert (l’écrivain, pas le parfumeur ni le garagiste) , je vous aime !

« Manuel Valls en campagne, arpente le marché forain, goûte les fruits, embrasse les grands-mères, il marche en roulant les épaules, du gel dans les cheveux, chemise cintrée, chaussures pointues. Quoi ? ce Monsieur est devenu ministre ? Premier ? Vous êtes sûrs ? »

Guy Robert, Reconnus, Editions de l’Arbre vengeur, septembre 2014

Ajouter un commentaire