Littérature Jeunesse

« Un nom de bête féroce » , un livre qui interroge les instincts

On se souvient, il y a quelques années, on avait adoré À moi !, un album de Marine Rivoal, aux dessins et au texte. Pour l’album dont nous allons vous parler, elle s’associe à Jean-Baptiste Labrune pour une œuvre au titre intrigant : Un nom de bête féroce aux éditions du Rouergue Jeunesse.

C’est un enfant qui nous parle. De Bélzébuth, son chat. Voilà pour le nom spécial et éventuellement féroce. Pourtant c’est tout le contraire, Bélzébuth

Jamais il ne mord, jamais il ne griffe, même pour jouer.Jean-Baptiste Labrune

Et le narrateur nous apprend que son chat était là, à sa naissance. Ils veillent l’un sur l’autre.

extrait d »Un nom de bête féroce » / Jean-Baptiste Labrune et Marine Rivoal / Editions du Rouergue

Jusqu’à ce tournant :

Et puis j’ai appris à lire en silence, dans ma tête. J’ai commencé à garder pour moi mes histoires et mon chat s’est mis à regarder par la fenêtre.
Jean-Baptiste Labrune

Les chemins vont se séparer. Chacun va faire son apprentissage de son côté. Grandir pour l’enfant, reprendre ses instincts sauvages pour le chat.
Ils vont pourtant se retrouver, au moment de l’anniversaire du narrateur. Moments furtifs. De joie et de peine à la fois.

Un nom de bête féroce n’est pas un album qui s’aborde facilement. Par son thème plutôt inhabituel et presque dérangeant en littérature de jeunesse. L’enfant gagne sa liberté, son indépendance et son chat en fait de même mais cela implique une séparation quasi définitive.
Les dessins magnifiques de Marine Rivoal, tout en ombres soulignent la difficulté de ces moments à vivre. L’usage du noir et blanc (quasiment pas de couleurs ici) renforce l’impression d’une certaine oppression. Et pourtant, c’est un bel album. Différent certes mais qui assume complètement ce côté étrange et angoissant. Il dit une vérité qui peut déranger mais qui existe. En cela, il est salutaire et provoque une réflexion qui fait grandir les enfants qui le liront.

 


 

Un nom de bête féroce de Jean-Baptiste Labrune et Marine Rivoal

 

Éditions du Rouergue Jeunesse,  septembre 2020

 

Site webFacebookInstagram


Image bandeau : extrait d »Un nom de bête féroce » / Jean-Baptiste Labrune et Marine Rivoal / Editions du Rouergue

  •  
    274
    Partages
  • 274
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page