Littérature Jeunesse

« Les animaux de l’arche » pour rester humains

Ecrit par Laurent M.

Dehors, c’est la guerre.

Sous terre, ce sont les restes de vie qui se calfeutrent : rue Abdel Wahab, les habitants d’un immeuble se réfugient dans la cave et s’organisent tant bien que mal.
On  trouve dans cette cave un prof d’histoire et sa femme, leur fille de 7 ans et leur grand fils trisomique. Et aussi le concierge et son fils, discrets et humbles, et une grand-mère de 103 ans, immobile et souriante. On y trouve aussi un étudiant amoureux d’une fille de la rue d’à côté (mais c’est si loin désormais), et une vieille institutrice à la retraite, restée « vieille fille » par passion des livres.

C’est elle qui, pour ne pas que la peur sème le trouble dans ce microcosme disparate, lance le grand chantier qui les unira tous : puisque dehors les bombes pleuvent, cette cave sera une arche. Les murs s’emplissent alors d’animaux découpés, de paysages peints, de rêves et d’espoirs. Les animaux peuplent les journées et les nuits des habitants et prennent vie lorsqu’on les oublie.

Une arche souterraine pour sauver une certaine idée de l’humanité, une arche qui flotte, frêle et fière, au-dessus des eaux boueuses de la barbarie de la surface. Dans ce monde éclaté et détruit, des êtres fragiles s’uniront autour d’un projet commun, poétique et symbolique, chacun donnant au passage un peu de lui, chacun s’ouvrant à la parole de l’autre.

Kochka, auteure d’origine libanaise, livre ici un roman beau,  plein d’espoir, simple à lire, et — vous l’aurez compris — empreint d’une profonde humanité.
Quelques mots enfin pour louer le soin apporté à la réalisation de l’ouvrage : une couverture rigide, du papier épais, sans oublier les nombreuses illustrations aux couleurs subtiles et délicates de Sandrine Kao… Tout concourt à faire des « Animaux de l’arche » un roman de grande qualité, pour des enfants de 9 à 12 ans.

« Les animaux de l’arche« , Kochka et Sandrine Kao, mars 2017, paru chez Grasset Jeunesse

1 commentaire

Ajouter un commentaire