Chronique Musique Musique

Dear Pola, Kaamos à fleur de peau

Écrit par Davcom

a3200479612_10

 

La vie nous réserve parfois bien des surprises. Eperdu dans la quête sans fin d’une bande son idéale pour la saison automnale approchant à grands pas, c’est au détour d’un post d’une amie sur les réseaux sociaux que je découvris Dear Pola.

Sous ce pseudonyme se cache Mary D., jeune auteure-compositrice et interprète de 28 printemps originaire de la Drôme. Multi-instrumentiste autodidacte précoce (elle reçoit sa première guitare à 10 ans), elle s’attaquera par la suite à l’apprentissage du piano, du violon, de la batterie et de la basse.

Elle se dit tout autant influencée par la musique contemporaine de Philip Glass que par le piano d’Erik Satie et avoue un faible pour le romantisme exacerbé de l’Anglais Keaton Henson ainsi que par le savoir-faire mélodique de José Gonzales, entre-autres choses.

Mais, en définitive, de quoi est-il question ici ?

La réponse se trouve là, dans ce 5 titres enregistré aux studios Basement Life Records à Lyon durant l’été 2013.

0003644179_10

5 titres d’une cohérence et d’une maturité qui sautent aux oreilles dès la première écoute.

Kaamos, le titre instrumental qui ouvre cet ep, nous plonge directement dans une ambiance folk sombre et entêtante.

Wither et sa guitare répétitive renvoie l’auditeur vers les cimes du Admiral Fell Promises de Mark Kozelek, alias Sun Kil Moon, qui aurait rencontré la Cat Power chère à notre cœur, époque Moon Pix.

Amager Strand fait la part belle à moins de sophistication et d’introspection, en proposant une folk proche d’une Sharon Van Etten.

Vient ensuite le morceau de choix, Boussole, qui m’a littéralement déboussolé. On y retrouve encore une fois ce jeu de guitare caractéristique, très atmosphérique, l’électricité en arrière-plan, envoûtante, magique, magnifique.

Le morceau de clôture, Ashes, est presque serein, relativement (sic) apaisé.

Rarement l’écoute d’un artiste sur Bandcamp ne m’aura autant retourné l’esprit.

Croisons-les doigts qu’après cette mise en bouche, la suite arrive vite.

Longue vie à Dear Pola.

3 Commentaires

Ajouter un commentaire