Chronique Musique

Foals : Acte V, Chapitre 2

foals
Foals / Alex Knowles
Ecrit par Ivlo Dark

S’il y a bien un point sur lequel il serait inutile de lancer un débat stérile, c’est bien cette capacité chez Foals d’avoir démontré, en plus de dix ans, une faculté à faire danser les foules avec ses guitares aiguisées, stimulant la combinaison de folles rythmiques à sa musique dite « savante », d’avoir suscité un respect mérité au-delà d’une intelligentsia indé, quitte à changer souvent de cap sans renier une évidente obsession de perfectionnistes à chaque passage en studio…

La simple évocation de leur fougue contagieuse et, illico, nos T-shirts s’imbibent de sueur. Il est vrai que le groupe originaire d’Oxford peut s’enorgueillir d’avoir imprimé quelques tubes tapageurs même s’il faut également rajouter à leur actif plusieurs morceaux planqués au rang de ballades qui relèguent la concurrence directe quelques tours de piste derrière (sans oublier la fraîcheur d’humeurs badines, histoire de boucher les cases de leur riche curriculum vitae).

foals

Alors forcément, une telle formation qui sort à quelques mois d’intervalle les deux versants proclamés d’une même œuvre, ça sonne louche. Le réflexe numéro 1 fut de considérer la manipulation purement mercantile (il ne faudra tout de même pas l’exclure de la liste des légers reproches). Le réflexe numéro 2 sera d’analyser la digestion de cette globalité comme étouffante, chacun allant alors de sa petite sélection pour exclure de l’un et l’autre des volumes, la version resserrée de ses propres attentes (ou du moins aspirations).

Il y a beaucoup de contradictions au sein d’Everything Not Saved Will Be Lost, double livret lancé comme un appel à la préservation de préoccupations fondamentales pour notre monde. Yannis Philippakis le souligne lui-même très justement, avançant la somme de travail comme le reflet d’une société anxieuse, une ère moderne en proie aux doutes et une pléthore de sentiments mêlés. C’est sans doute pour cette raison que les auditeurs se font trimbaler, dans un premier temps et pour le quota des minutes féroces, par le caractère dynamique de The Runner puis, plus tard, les saccades totalement exaltées de Black Bull.

À ces aspects incisifs viennent répondre des pistes plus assouplies. C’est le cas avec les ombres chaloupées de Wash Off qui dévoilent une bande serrant bien moins les crocs, sans pour autant se priver d’une incontestable remontée pleine de mordant. Celles et ceux qui pensaient retrouver un élan de fièvre continu pourront poireauter devant le guichet du SAV. Foals achève son lourd labeur de la plus nuancée des manières, affolant leurs states sophistiquées d’inspirations chatoyantes, de ponts instrumentaux subtiles, d’orientations teintées d’exotisme filandreux (Into The Surf – pièce précédemment versée en guise de teaser) mais surtout dix minutes d’apothéose marquée par l’impressionnant final qui justifie à lui seul l’acquisition de la nouvelle livraison. Au cœur d’une discographie nourrie de moult incantations soyeuses, de progressions hautes en couleurs, de sublimes expressions sonores, Neptune se permet une énième révérence à la fois ultra soignée et remplie d’une classe indélébile.

S’il faut avouer que l’ensemble ne frappe pas immédiatement les esprits, écoute après écoute, l’enchaînement vient confirmer l’excellence de calibrage et de confection. Au-delà d’une authentique qualité visuelle (l’une des plus belles pochettes rencontrées depuis des lustres), cet état des lieux stylistique symbolise fortement la marque des plus grands !

La chronique de la 1ère partie est à lire ici-même.
Everything Not Saved Will Be Lost : Part 2
est disponible depuis le 17 Octobre 2019 chez Warner Records

Site officielFacebookWarner Records
  •  
    11
    Partages
  • 11
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Ajouter un commentaire