Littérature Francophone

Franck Bouysse, « Buveurs de vent » : Un hymne à la liberté !

L’année dernière, Franck Bouysse gagnait en notoriété grâce à son livre Né d’aucune femme, paru aux éditions La Manufacture de livres. Un succès largement mérité dû en grande partie aux libraires et au bouche-à-oreille : un ouvrage magistral et puissant dont on ne ressort pas indemne !
Alors autant vous dire que le challenge était de taille pour ce nouveau roman, Buveurs de vent, qui a vu le jour chez Albin Michel en août dernier. Un changement de maison pour Franck Bouysse et une certaine attente de la part des lecteurs, alors quid de ce roman ?

C’est donc fébrile que nous tournons les premières pages, lors d’un prologue énigmatique, au cœur du Gour Noir, le début d’un conte, ou peut-être celui d’un récit biblique, le commencement de tout. Un lieu mystérieux et sauvage, quelque part dans le Massif Central, dans un espace temps incertain : la découverte d’un corps flottant sur la rivière, un crime scellant le destin de toute la population de cette vallée.

Quatre ils étaient, un ils formaient, forment, et formeront à jamais. Une phrase lisible faite de quatre brins de chair torsadés, soudés, galvanisés. Quatre gamins, quatre vies tressées, liées entre elles dans une même phrase en train de s’écrire. Trois frères et une sœur nés du Gour Noir. Franck Bouysse

Une vallée sombre dans laquelle vivent quatre frères et sœur, les enfants Volny : Marc, passionné de lecture, Matthieu qui semble ne faire qu’un avec la nature, Mabel, une femme libre et indomptable et Luc, le petit dernier, un enfant « différent » à l’imagination débordante. Quatre âmes lumineuses qui contrastent avec la noirceur des lieux, en quête d’absolu et de liberté, dans un élan qui se matérialise chaque jour quand ils se suspendent à l’aide de cordes au dessus du viaduc sur lequel passe un train… des vibrations qui les aident à se sentir vivants, hors du monde, défiant ainsi le destin et leur vie monotone.

La famille Volny, c’est aussi Martin, le père, rongé par la guerre, un homme froid et silencieux qui n’a su élever ses enfants qu’à coups de ceinturon, Martha, la mère, qui ne jure que par la bible, et heureusement pour notre fratrie, Elie, le grand-père, tel un ange qui veille sur ses petits-enfants, un homme doux que Luc assimile au pirate Long John Silver de L’Île au trésor de Stevenson.

Des habitants qui vivent (survivent) grâce à (à cause de) la centrale électrique de la vallée dirigée par Joyce, un homme tyrannique qui s’est approprié toute la ville petit à petit sans que personne ne conteste son pouvoir.

Chaque rue portait son nom suivi d’un numéro, à l’exception de Joyce Principale. On raconte qu’il aurait effacé lui-même le nom du général, afin qu’il ne lui fît pas d’ombre. Il avait pris le pouvoir pour régner sur la vallée du Gour Noir et n’ait jamais à se justifier de rien, pas même de ses origines. Franck Bouysse

Autour de Joyce, le despote, gravite toute une galerie de portraits haut en couleurs : Double et Snake, ses espions, chargés de prévenir toute forme de rébellion, Lynch, le shérif partial au courage relatif… une opposition permanente entre le bien et le mal, l’oppression et la liberté, le clair et l’obscur… une histoire romanesque qui guide les personnages dans cette nature où rien n’est laissé au hasard et dans laquelle on devine que quelque chose est en train de changer, pour le meilleur comme pour le pire.

Bouysse nous conte cette légende qui prend des formes multiples : roman noir, américain, western, chronique sociale portée par une langue poétique, lumineuse, parfois éprouvante… mais surtout avec un amour immodéré pour la littérature, la nature, les mots… un véritable hymne à la liberté ! Alors quid de ce roman ? Une seule réponse : lisez-le de toute urgence !


 

Buveurs de vent de Franck Bouysse

 

Albin Michel,  19 août 2020

 

Site webFacebookInstagramTwitter

franck-bouysse-buveurs-de-vent-albin-michel-2020

 


Image bandeau : Jacqueline Macou / Pixabay

  •  
    33
    Partages
  • 33
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page