Les prix littérairesLittérature EtrangèreLittérature Francophone

Prix des jeunes libraires 2021 : troisième fournée !

Je vous avais partagé il y a quelques semaines ma deuxième salve de lectures du Prix des jeunes libraires 2021, où seize romans s’affrontent. Aujourd’hui, c’est la troisième et avant-dernière fournée. En avant pour mes avis de lecture !

Là où l’histoire se termine d’Alessandro Piperno

prix des jeunes libraires 2021

Quand Mattéo Zevi arrive à Rome après 16 ans d’exil en Californie, il est étonné de voir que personne n’est à l’aéroport pour l’accueillir. Que lui reproche donc sa famille ? Peut-être sa fuite constante face aux responsabilités, ses tromperies, sa désinvolture et ses inconséquences qui l’ont poussées à abandonner femme et enfants, criblé de dettes … Mais le voici sur un nouveau départ : son principal créancier étant décédé, sa nouvelle vie commence aujourd’hui !

C’est avec ce personnage haut en couleur que l’auteur commence son histoire, et il va au fil des pages nous dresser un portrait des proches de cet homme.

Il y a tout d’abord son épouse Federica qui ,à l’aube de ses 50 ans, n’a jamais totalement renoncé à Matteo et va tout faire pour récupérer ce mari volage.
Vient ensuite sa fille Martina, coincée dans un mariage avec un homme qui est tout le contraire de son père mais ne lui correspond pas mieux, malheureuse parce qu’elle a des sentiments qu’elle n’assume pas à l’égard de quelqu’un d’autre.
Enfin, le fils Giorgio, qui a bien assez à faire avec son restaurant et la venue prochaine de son enfant pour s’occuper d’un père aussi peu sérieux.

Alessandro Piperno nous offre ici un tableau familial grinçant, tour à tour drôle, provocateur, pathétique, émouvant, choquant, avec une délicieuse ironie non dissimulée. On pourrait qualifier ce roman de comédie, s’il n’y avait pas cette fin inattendue que je ne dévoilerai pas ici.

Quoiqu’il en soit, c’est un livre surprenant qui ne laisse pas indifférent !

 

Traduit de l’italien par Fanchita Gonzalez Batlle – Liana Levi, première parution française en 2017

Site webFacebookInstagramTwitter

Battues d’Antonin Varenne

prix des jeunes libraires 2021

L’histoire de Battues commence par un interrogatoire, qui nous fait comprendre qu’un homme est mort dans une fusillade à R., ville sur le déclin. Comment toute cette histoire a commencé ? Peut-être par la disparition de Philippe Mazenas, garde forestier, dont le corps est retrouvé quelques jours plus tôt en forêt, mutilé par les bêtes sauvages. Accident, règlement de comptes ? Il est vrai que les tensions et rancunes sont légions, entre les Courbier, riches exploitants de la filière forestière, les Messenet spécialisés dans l’agriculture, et les militants écolos. Rémi Parrot, garde chasse au milieu de tout ce petit monde, commence à mener l’enquête pour découvrir comment est mort celui qui était son ami. Mais la liste des suspects s’allonge, et le retour après 8 ans d’exil de Michèle Messenet, son amour de jeunesse, complique encore les choses. Qu’est ce qui l’a poussé à revenir ? Histoire familiale comme elle le prétend, ou est-elle là pour lui ?

Battues est un roman atypique, où deux genres s’entremêlent. C’est tout d’abord un polar sombre et âpre, qui fait la part belle aux affrontements familiaux. Si la nature semble effrayante au premier abord, c’est bien des hommes dont il faut se méfier, de leur jalousie et de leurs luttes pour le pouvoir ou pour des terres. Antonin Varenne utilise une chronologie inversée à base de retours dans le passé pour tenir son lecteur en haleine et ménager son suspense, et ça fonctionne !
C’est également une histoire d’amour façon Roméo et Juliette, contrariée à cause de différends familiaux. Rémi et Michèle tentent de se retrouver après des années de séparation, mais les circonstances compliquées ne les aident pas …

Un très bon roman noir rural haletant, intense et très bien construit.

La manufacture de livres, première parution française en 2015 aux éditions de l’Ecorce

Site webFacebookInstagramTwitter


Ethan Frome d’Edith Wharton

prix des jeunes libraires 2021

Edith Wharton nous embarque également dans une histoire d’amour contrariée, mais pas pour les mêmes raisons.
Tout commence dans les montagnes du Massachusetts, à la fin du XIXe siècle. Ethan Frome est un homme étrange, difforme, taiseux. Qu’a-t-il bien pu lui arriver ? Le narrateur, intrigué par ce personnage atypique, commence à s’intéresser à son histoire.
Vingt-cinq ans auparavant, le jeune Ethan vient de perdre son père et sa mère, et hérite d’une ferme et d’une scierie qui ne rapportent rien. Il décide alors d’épouser Zeena, une vieille cousine qui s’est occupée de ses parents. Mais cette dernière révèle rapidement son vrai visage. Hypocondriaque, plaintive et manipulatrice, elle lui mène la vie dure et il renonce peu à peu à l’amour. Jusqu’au jour où Mattie, orpheline sans ressources de la famille de sa femme, arrive chez eux. Elle est aussi vive et lumineuse que Zeena est acariâtre et maussade, et devient le rayon de soleil qui manquait à Ethan. Mais que peut-il faire ? Fuir avec Mattie, et laisser sa femme avec son déshonneur pour seule ressource ? Le jour où Zeena, jalouse et soupçonneuse, décide de renvoyer la femme qu’il est venu à aimer, il va devoir faire un choix entre devoir et sentiments.

Ethan Frome est une histoire d’amour déchirante dont on sait dès le départ qu’elle n’aura pas de dénouement heureux. Les personnages sont très justes dans leurs sentiments, et on est rapidement horrifiés par le personnage de Zeena, sa façon perverse de manipuler son monde tout en se délectant de leur souffrance. Si elle ne peut pas trouver le bonheur, alors personne n’y aura droit, et le drame s’annonce lentement mais sûrement …
Une très belle lecture portée par la douce plume d’Edith Wharton, et qui donne envie de découvrir ses autres œuvres !

Traduit par Julie Wolkenstein – P.O.L, première parution française en 1984 aux éditions Gallimard

Site webFacebookInstagramTwitter

Enfin la nuit de Camille Leboulanger

prix des jeunes libraires 2021

Dans ce futur proche, la nuit n’existe plus. Elle a été remplacée un soir par un ciel embrasé d’une lumière jaune et n’est plus jamais réapparu. Pourquoi ? Si vous attendez des réponses passez votre chemin, ce livre n’est pas pour vous. Seul compte le présent, et la façon de survivre.

Nous suivons deux personnages : Thomas, ancien flic désabusé, et Sophie, une adolescente. Tous deux se sont trouvés par hasard, et ont décidé de faire route ensemble vers le Sud. Pour y trouver quoi ? Une promesse d’une vie meilleure peut-être … Mais le chemin est semé d’embûches, et on ne sait jamais sur qui on peut tomber au prochain détour.

Enfin la nuit est une dystopie qui part d’un postulat simple : dans un monde où jour et nuit se confondent, la civilisation telle que nous la connaissons a disparu. Les hommes se battent pour la moindre ressource, et la mort attend chacun au coin du chemin. Dans cet univers dévasté évoluent des personnages perdus qui doivent s’adapter, et Camille Leboulanger a réussi à les rendre crédibles, même s’ils manquent pour moi d’un peu de profondeur. J’ai d’ailleurs été assez gênée par la relation entre Thomas et Sophie, un homme et une jeune fille pas encore adulte, que je n’ai pas trouvé très saine.

Peu d’actions se déroulent dans ce livre où une certaine inertie règne, mais ça ne le dessert pas au contraire. C’est un roman d’ambiance, où on visualise très bien cette fin du monde et ce jour sans interruption. Une belle écriture et un roman d’anticipation intéressant, mais qui ne m’a pas touchée.

 

L’Atalante, parution en 2011

Site webFacebookInstagramTwitter


 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page