Mort à la poésie

Épisode 36 : Peter Bakowski

Couverture du livre
Peter Bakowski – Le cœur à trois heures du matin – Traduit de l’anglais (Australie) par Mireille Vignol et Pierre Riant – Bruno Doucey 2015

Salut à vous,

Après notre feuilleton montréalais, direction l’Australie pour entendre les mots d’une des plus grandes voix de la poésie contemporaine australienne : Peter Bakowski.

Né à Melbourne en 1954 de parents polonais et allemands, il découvre à presque 30 ans les écrits de la Beat Generation et c’est le déclic poétique. On entend donc dans ses textes des échos de Brautigan, Kerouac et Ginsberg. Douceur, humour pince sans rire et désespoir sont au menu de ce recueil paru en 2015 chez Bruno Doucey dans une traduction de Mireille Vignol et Pierre RiantLe cœur à trois heures du matin. J’ai choisi deux textes sous forme d’autoportraits à vous lire.

Bonne écoute !

 

RssITunesSpotifyDeezerPodcloud

 

Retrouvez tous les épisodes de Mort à la poésie

RSS iTunes Spotify Deezer Podcloud

Retrouvez tous les épisodes de Mort à la poésie

Illustration : Cécile Le Berre

Illustration : Cécile Le Berre

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page