Entretiens Littérature Etrangère Littérature Francophone Un métier : la traduction

Jean-Paul Gratias, traducteur de James Ellroy et David Peace : « Je suis un caméléon. »

Ecrit par Velda
jamesellroy_jeanpaulgratias

James Ellroy et son traducteur Jean-Paul Gratias (photo by Velda)

CLIQUEZ SUR LES IMAGES POUR LIRE L’ENTRETIEN :

Gratias1

Gratias2

Gratias3

Gratias4

Gratias5

Gratias6

N’OUBLIEZ PAS DE CLIQUER SUR LES IMAGES POUR LIRE L’ENTRETIEN :


David Peace lit un extrait de Rouge ou mort… 

Gratias7

 

Gratias8Gratias9

 

Benjamin_Francois_Guerif_JeanPaul_Gratias_Thompson

Benjamin et François Guérif avec Jean-Paul Gratias en 2012, au moment de la sortie des nouvelles traductions de Jim Thompson

Gratias10Gratias11Gratias12Gratias13Gratias14

Gratias15

Gratias16

Références des ouvrages cités (toutes traductions signées Jean-Paul Gratias, sauf indication contraire) :
James Ellroy, Perfidia, Rivages
David Peace, Rouge ou mort, Rivages
David Peace, Tokyo ville occupée, Rivages/Noir
Shirley Jackson, Nous avons toujours vécu au château, Rivages/Noir
Stephen Crane, La conquête du courage, Folio, traduction  Henry-D. Davray et Francis Viélé-Griffin
Robert Bloch, L’incendiaire,  Red Label
Tim Gautreaux, Le dernier arbre, Le Seuil
Juliette Raabe, Fleuve noir : 50 ans de littérature populaire, Paris Bibliothèques
Barry Gifford, L’imagination du cœur, Rivages/Noir
Ray Davies, X-Ray: The Unauthorized Autobiography, Overlook Books (non traduit en français)
Jazz me Blues, anthologie proposée par Jean-Paul Gratias, Moisson rouge (avec des textes de Charles Beaumont, Michel Boujut, Bob Garcia, Davis Grubb, John Harvey, Jake Lamar, Bill Moody, James Sallis, Nathan Singer, Marc Villard et Laurent de Wilde)

Merci à Monsieur Jean-Paul Gratias de nous avoir accordé cet entretien.

2 commentaire(s)

  • Jean-Paul est toujours passionnant à écouter ou à lire. Et devinez qui a pris la photo où il figure aux côtés des Guérif ? Nous avions déjeuné tous les quatre pour fêter la sortie des premiers Thompson retraduits. Sur une douzaine de photos prises par chacun à tour de rôle, celle-ci est la seule à n’être pas floue. Il faut croire qu’ils avaient bu davantage.

Ajouter un commentaire