Chroniques MusiqueNos Playlists

Le Top Musique 2020 d’Addict-Culture !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que 2020 n’aura vraiment pas été une année comme les autres, même pour les plus âgés d’entre nous. Plus que jamais, contrainte sanitaire oblige, la musique nous aura encore plus accompagné(e)s dans nos quotidiens confinés, restreints et inquiets, baignant de sa lumière spécifique nos vies dans ce qu’elles ont de plus fragile et sensible.

Comme vous allez le constater à la lecture du bilan ci-dessous, la bande-son du cru 2020 aura été pour l’équipe de chroniqueurs du site Addict-Culture un sacré patchwork, éclectique et bouillonnant, entre jeunes pousses débutantes ou confirmées, formations aguerries effectuant des retours fracassants ou encore révélations explosives et réjouissantes.

Toute cette année, nous aurons envers et contre tout tenté de vous faire partager nos coups de cœur et nos découvertes, espérant par là même avoir contribué à enrichir votre soif de culture en dépit des circonstances.

Souhaitons que l’année qui arrive nous permette de le faire sous de meilleurs auspices, et que la musique, malgré le coup dur qu’elle encaisse de nos jours, à l’instar de beaucoup d’autres secteurs fragilisés, sera encore au rendez-vous. Quoi qu’il arrive, nous répondrons présent.

 

1er

Top musique

Other LivesFor Their Love

7ème

This is the Kit Off Off On
8ème

RóisÍn MurphyRoisin Machine
16ème

Strawberry SeasStrawberry Seas
17ème

The BatsFoothills

 

Et voici donc le détail des votes de chaque membre de l’équipe :

 

BEACHBOY

L’heure du bilan 2020 a sonné et ma foi, quelle belle année de merde nous venons de vivre ! La musique fut un refuge et à l’aire du confinement, mes oreilles se sont éclatées très loin, en terre australe, de The Bats à Wax Chattels en passant par The Apartments et bien sur par RVG et l’extraordinaire Feral, mon album coup de cœur !

Nous eûmes clairement plaisir à retrouver Fiona Apple et A Girl Called Eddy, artistes féminines trop rares mais bien présentes dans mon top au côté de Deradoorian, Aoife Nessa Frances, The Innocence Mission ou les excellents petits français d’En Attendant Ana.

Si j’ai pu compter sur quelques vieux amis pour me soutenir comme Bill Callahan, Sophia, The Wolfhounds ou le grand Bill Fay, quelques belles découvertes un peu étranges donnent à espérer des jours meilleurs, comme le trop méconnu Cindy Lee et les polonais de Lonker See, qui resteront mon meilleur souvenir live d’une année avare en concerts. Oui, décidément, une belle année de merde !

Top Eps

1. Deradoorian – Cosmic Garden
2. Kurt Vile – Speed DSound Lonely KV
3. Yo La Tengo – Sleepless Night
4. Tindersticks – See My Girls
5. Sunwatchers – Brave Rats
6. Animal Collective – Bridge To Quiet
7. Tricky – 20,20
8. La Féline – Alentour De La Lune
9. Orville Peck – Show Pony
10. Dirty Projectors – Window Open

 


CAMILLE

L’exercice de fin année tant redouté … s’est avéré plutôt simple cette fois-ci, car des albums sortis en 2020, je n’en ai pas tant écouté que cela ! Ed O’Brien et son génial premier album solo Earth a tourné en boucle, d’où sa première place dans mon top.

Andy Shauf, Bachar Mar-Khalifé et Yelle ont également égayé nombreuses de mes journées par leurs albums exceptionnels.

Le reste est, comme à mon habitude, très varié. De la folk (This is the Kit, Laura Marling, Andrew Bird …), du rock (The Strokes, très en forme) lorgnant même vers le métal (Emma Ruth Rundle), de la pop (Jessie Ware qui casse littéralement la baraque) ou de l’électro (Chapelier Fou, Nicolas Godin…), mon choix pourra, j’espère, plaire à toutes les oreilles curieuses et mélomanes !

Top Albums

1. EOB – Earth
2. Andy Shauf – The Neon Skyline
3. Bachar Mar-Khalifé – On/Off
4. Yelle – L’Ere du Verseau
5. This is the Kit – Off Off On
6. Other Lives – For Their Love
7. Jessie Ware – What’s Your Pleasure ?
8. The Strokes – The New Abnormal
9. Laura Marling – Song For Our Daughter
10. Dick Annegarn – Söl
11. Douglas Dare – Milkteeth
12. Fiona Apple – Fetch The Bolt Cutters
13. Chapelier Fou – Méridiens
14. Samantha Crain – A Small Death
15. Laura Veirs – My Echo
16. Nicolas Godin – Concrete and Glass
17. Andrew Bird – HARK!
18. Echo Collective – The See Within
19. Emma Ruth Rundle – May our Chambers be Full
20. Johanna Warren – Chaotic Good

Top Eps

1. Malvina Meinier – Corpus
2. Charlie Cunningham – Pieces EP

 


CLAIRE SIXMONSTRE

Je ne lis que rarement les phrases d’intros de ces trucs alors je ne vais pas vous prendre la tête bien longtemps, voici ce que j’ai écouté cette année, en attendant armageddon (avec un a minuscule) …

Top Albums

1. The Cool Greenhouse – The Cool Greenhouse
2. The Orielles – Disco Volador
3. Marie Davidson & L’Oeil Nu – Renegade Breakdown
4. Destroyer – Have we Met
5. Roisin Murphy – Roisin’s Machine
6. Ela Minus – Acts of rebellion
7. Fontaines D.C. – A Hero’s Death
8. Juniore – Un deux trois
9. King Krule – Man alive
10. Cindy Lee – What’s tonight to eternity
11. Dick Annegarn – Söl
12. Autechre – SIGN
13. Protomartyr – Ultimate Success Today
14. Bill Callahan – Gold Record
15. Andy Shauf – The Neon Skyline
16. Emel – The Tunis Diaries
17. I Like Trains – Kompromat
18. IDLES – Ultra Mono
19. RVG – Feral
20. The Bats – Foothills

 

Top Eps

1. La Féline – Alentour de Lune
2. David Chalmin – Continuum
3. King Creosote – Suzie Mullen
4. Yo La Tengo – Sleepless night
5. Cate Le Bon & Group Listening – Here It Comes Again
6. Kurt Vile – Speed DSound Lonely KV
7. P.R2B – Des Rêves
8. Denner – Dreamless Tribulations
9. Tindersticks – See My Girls
10. Viagra Boys – Common Sense


DAVCOM et MARIANNE

Davcom : Depuis quelques années, la scène jazz anglaise se montre très active. Shabaka Hutchings bien sûr, mais d’autres lui ont emboîté le pas. The Sorcerers et son Ethio Jazz par exemple. On notera aussi le grand retour depuis 3 albums d’Idris Ackamoor et de ses Pyramids. Shaman! est une belle surprise dans la continuité du précédent album, An Angel Fell.
Dans un autre registre, les vétérans n’ont pas été en reste. Stephen Malkmus, Bill Callahan, Damien Jurado ou encore The Flaming Lips n’ont pas failli à leur réputation.
Et enfin, on saluera les forts jolis disques de Kate Stables via son projet This Is The Kit et de Other Lives, ainsi que de la mutation des époux MacKaye-Farina (The Evens) en Coricky, avec l’apport de l’ex compagnon de route chez Fugazi, Joe Lalli.
Bien sûr, il y a bien d’autres disques intéressants sortis en cette funeste année, mais vous les trouverez chez nos autres collaborateurs.
Prenez-soin de vous et, espérons-le, passez une meilleure année 2021 que celle qui se termine et dont on va essayer de s’efforcer d’oublier au plus vite.

Marianne : Mon début d’année a été marqué par deux valeurs sûres : The Proper Ornaments et son disque cocon, et The Electric Soft Parade avec ses compositions de haute voltige.
S’en est suivie une période sans musique… jusqu’à ce qu’une très bonne surprise nous arrive d’Australie, RVG. La puissance des mélodies des Go-Betweens alliée à la nervosité du post-punk, sans conteste la meilleure nouvelle de l’année. Plus près de chez nous, en France, Strawberry Seas nous ont surpris avec leur premier album, ainsi que la « shoegaze intime » des parisiens de pam risourié. Sans oublier My Raining Stars avec son superbe EP Obvious Reasons qui rend visite aux années 80 tout en restant fidèle à ses premières amours.
Parmi les vétérans actifs depuis les années 80 et toujours aussi convaincants, citons The Bats et Philip Parfitt.
Du côté des retrouvailles après absence, Doves nous emporte dans les années 2000 avec son indie pop rock très efficace. Dans la famille slowcore, Sophia et Ruby Haunt nous ont offert calme et douceur contemplative.
La palme de la gaîté revient à The Orielles avec ses influences Jazz et dance music, pour les amateurs de couleurs vives et chatoyantes. Pour finir, difficile d’échapper cette année au single de New Order, Be A Rebel. Une chanson optimiste et positive presque « par accident », d’après Bernard Sumner lui-même. Pourvu que cet optimisme nous donne raison en 2021 !

Top Albums

1. The Proper Ornaments – Mission Bells
2. Other Lives – For Their Love
3. This Is The Kit – Off Off On
4. The Electric Soft Parade – Stages
5. Stephen Malkmus – Traditional Techniques
6. The Sorcerers – In Search Of The Lost City Of The Monkey God
7. RVG – Feral
8. Shabaka And The Ancestors – We Are Sent Here By History
9. Idris Ackamoor & The Pyramids – Shaman
10. Strawberry Seas – Strawberry Seas
11. The Flaming Lips – American Head
12. Bill Callahan – Gold Record
13. Ruby Haunt – Tiebreaker
14. Damien Jurado – What’s New, Tomboy ?
15. Coriky – Coriky
16. The Bats – Foothills
17. Sophia – Holding On / Letting Go
18. Doves – The Universal Want
19. Philip Parfitt – Mental Home Recordings
20. The Orielles – Disco Volador

Top Eps

1. My Raining Stars – Obvious Reasons
2. pam risourié – Noctessa
3. New Order – Be A Rebel

 


DAVID JÉGOU

Si sur papier il ne paraît pas évident de lister ses 20 albums préférés de 2020 alors que, confinement oblige, beaucoup se sont réfugiés dans leurs classiques de toujours, l’année a pourtant été riche en sorties de qualité. Cela commence à devenir la norme, les revenants ont placé la barre très haut. Jarv Is, A Certain Ratio, Maria McKee ou Doves ont dans des styles différents, prouvé qu’il est parfois préférable d’attendre plutôt que de sortir le disque de trop. Jessie Ware et Roisin Murphy ont pour leur part sorti des albums « feel good » qui, à défaut de pouvoir bouger son booty sur le dancefloor, ont permis de danser en repassant le linge ou en passant l’aspirateur à la maison. Une fois de plus l’Australie n’est pas en reste avec deux des chefs d’œuvres de l’année signés The Apartments et RVG. Le premier est d’une délicatesse et finesse rare, le second bien plus brut et frontal. Au rayon des découvertes, notons les superbes albums intimistes de Aoife Nessa Francess et Dana Gavanski. En solo ou en groupe, les femmes ont la part belle dans ce top 20. Sans vouloir tomber dans les clichés, j’espère qu’il en sera de même pour toutes les années à venir.

Top Albums

1. The Apartments – In And Out Of The Light
2. Róisín Murphy – Róisín Machine
3. The Proper Ornaments – Missing Bells
4. RVG – Feral
5. Maria McKee – La Vita Nuevo
6. Jack Name – Magic Touch
7. This Is The Kit – Off Off On
8. Aoife Nessa Frances – Land Of No Junction
9. Hen Ogledd – Free Humans
10. Jarv Is – Beyond The Pale
11. Psychic Temple – Houses Of The Holly
12. Jessie Ware – What’s Your Pleasure
13. Fontaines D.C. – A Hero’s Death
14. The Flaming Lips – American Head
15. A Certain Ratio – ACR Loco
16. Strawberry Seas – S/T
17. King Krule – Man Alive
18. Dana Gavanski – Yesterday Is Gone
19. Doves – The Universal Want
20. Tom Bright – Self Service Check Out

Top Eps

1. The The – I WANT 2 B U
2. Sinead O’Connor – Trouble Of The World
3. My Raining Stars – Obvious Reasons
4. New Order – Be A Rebel
5. King Creosote – Susie Mullen

 


FRENCH GODGIVEN

En ce mois de décembre quelque peu incertain et anxiogène, c’est une année musicale bien étrange qui est sur le point de s’achever, car si les mesures de restriction drastiques liées à la propagation mondiale du virus Covid-19 ont certes perturbé nombre de secteurs économiques, celui du spectacle vivant, sous toutes ses formes, a pris encore plus cher que les autres. La plupart des albums sortis cette année ayant été conçus en amont, hors de toute considération sanitaire, il est toutefois encore trop tôt pour voir de quelle manière cette pandémie influencera les démarches artistiques à venir des musiciens concernés.

Envers et contre tout, il faut avouer qu’en ce qui me concerne, la cuvée 2020 aura apporté son lot de belles surprises, de plaisantes retrouvailles et de découvertes inattendues. Ainsi, les vétérans indie rock The Wolfhounds ou le combo cold funk A Certain Ratio ont livré cette année leurs meilleurs disques depuis des décennies, prouvant que le poids du temps qui passe n’a entamé en rien leurs excellences respectives. Côté français, le turbulent Benjamin Biolay a mis un tigre dans son moteur sur le bouillant Grand Prix, réussite éclatante de pop inspirée et accrocheuse, tandis que le compositeur Laurent Bardainne s’impose avec Love Is Everywhere, long format conçu avec sa nouvelle formation soul-jazz Tigre D’Eau Douce, en marche de son groupe rock Poni Hoax et de son combo cinématique Limousine, comme l’un des créateurs les plus éclectiques et prolifiques de notre pays.

De nombreuses jeunes pousses ont par ailleurs habilement posé leurs pions : citons notamment les explosifs Working Men’s Club ou la tranchante Billy Nomates, qui ont publiés de beaux premiers albums, prometteurs et addictifs, ou encore la chanteuse américaine Sarah Rebecca qui assène un long format électro-pop d’une puissance émotionnelle renversante. Mention spéciale au groupe tourangeau Strawberry Seas, qui m’aura soufflé avec un premier effort aussi hautement référencé que profondément sincère, habité et, surtout, fiévreux comme il se doit.

Côté musiques électroniques, le duo Scratch Massive aura prolongé la beauté éclatante de son excellent Garden Of Love (mon album fétiche du cru 2018, pour rappel) en publiant un vibrant Live In Paris, capté en 2019 et donc bouleversant à plus d’un titre vu les circonstances. Saluons également la fougueuse chanteuse irlandaise Róisín Murphy et le malicieux producteur français Yuksek, qui ont proposé avec leurs longs formats respectifs de véritables concentrés d’énergie dancefloor, aussi efficaces qu’inventifs. Pour leurs parts, le quartet Ausgang, emmené par la rageuse Casey, et le duo Pumpkin & Vin’s Da Cuero se sont affirmés comme les deux faces combatives et complémentaires d’une même pièce du puzzle rap made in France, dure et électrique pour les premiers, souple et groovy pour les seconds.

On aura aussi trouvé de sublimes curiosités chez la mythique formation belge Aksak Maboul, dont les fascinantes Figures dessinent un retour en grande forme, chez le producteur tunisien Ammar 808, qui a ramené d’un périple un Inde la matière d’un album aussi magnétique que tellurique, ou encore chez notre barde national Sébastien Tellier, qui a peut-être involontairement conçu, avec son récent Domesticated, le disque de confinement ultime : consolateur, contemplatif et cotonneux.

Mais en ce qui me concerne, c’est bien la productrice et chanteuse canadienne Marie Davidson qui, flanquée du tandem complice L’Œil Nu, décroche la timbale cette année : son kaléidoscopique Renegade Breakdown, aussi passionnément éclectique que profondément introspectif, aura dessiné une forme jouissive de perfection pop sans entraves, aussi viscéralement ambitieuse qu’ouvertement généreuse.

À l’image, du moins l’espère-je, de l’année 2021 qui s’ouvre bientôt à nous.

Top Albums

1. Marie Davidson & L’Œil Nu – Renegade Breakdown
2. Sarah Rebecca – Sarah Rebecca
3. Ausgang – Gangrène
4. Benjamin Biolay – Grand Prix
5. A Certain Ratio – ACR Loco
6. Strawberry Seas – Strawberry Seas
7. The Wolfhounds – Electric Music
8. Laurent Bardainne & Tigre D’Eau Douce – Love Is Everywhere
9. Scratch Massive – Live In Paris
10. Yuksek – Nosso Ritmo
11. Charles Webster – Decision Time
12. Róisín Murphy – Róisín Machine
13. Pumpkin & Vin’s Da Cuero – Abysses Repetita
14. Aksak Maboul – Figures
15. Billy Nomates – Billy Nomates
16. Ammar 808 – Global Control / Invisible Invasion
17. Afel Bocoum – Lindé
18. Fontaines D.C – A Hero’s Death
19. Working Men’s Club – Working Men’s Club
20. Sébastien Tellier – Domesticated

Top Eps

1. David Shaw And The Beat – Love Songs With A Kick Vol.1
2. La Féline – Alentour De Lune
3. My Raining Stars – Obvious Reasons
4. Orville Peck – Show Pony
5. Tricky – 20,20

 

IVLO COLD

C’est toujours un crève-cœur que dresser la liste de vingt disques qui auront, selon moi, le plus marqué une année calendaire. Une nouvelle fois, l’exercice fut périlleux et bien évidemment nourri d’appréciations purement subjectives, engendrant ici et là des débats aussi passionnés que passionnants. Il est vrai que si l’interrogation avait concerné les concerts vécus en 2020, l’opération aurait été beaucoup moins sujette à réflexion (hélas). Année terrible donc, à bien des égards, mais finalement riche en musique, du moins pour ce qui est de la production d’albums et ceci, malgré des différés et/ou adaptations de circonstance.

Ma sélection pour ce millésime particulier ne change pas farouchement de mes habituels péchés mignons : de la diversité, de la densité, des sensations, des découvertes… Bref, en quelque sorte la bande son qui m’a permis l’évasion… Dieu sait si, durant ces 365 jours, j’ai pu en avoir besoin ! À ce titre, je tenais à remercier chaleureusement les artistes qui m’auront conquis ainsi que ceux qui les entourent (sur ce point, il aurait d’ailleurs fallu au moins un top 100).

Certains se demanderont pourquoi The Apartments sur le haut de la pile ? Nul doute que c’est l’œuvre que j’ai le plus écouté, toujours un léger sourire au coin des lèvres, emballé par le spleen radieux qui s’en dégage. Parce que l’humeur de cet album est d’une classe indémodable, comme celle qui émane d’Other Lives (une fois encore, placé au sommet de mes plus forts engouements). Également sur le podium, celle qui m’aura mis une claque stylistique (mais pas seulement) c’est Fiona Apple, artiste ô combien inspirée tant sur le fond que sur la forme !

Au rayon du rock exposant sans frein sa noirceur contagieuse, j’ai posé sur le papier quelques noms dont l’excellente livraison de Versari, sans oublier une scène anglo-saxonne qui « risque » de susciter, quelques années encore, l’alimentation de nos pronostics (Protomartyr, I Like Trains, Fontaines D.C, Working Men’s Club, Idles… et tant d’autres groupes non cités ici par votre serviteur).

Pour autant, ma propension aux humeurs plus feutrées n’est pas en reste, avec pour chaque formation visée son lot d’originalité (de Loma à Bill Fay en passant par Watine, Sophia, Brieg Guerveno, Matt Elliott…)

J’en oublierais presque le brin de psychédélisme nécessaire grâce à la folie douce de The Flaming Lips, Holy Fuck, Les Marquises ou les inclassables effusions de Ghostpoet, autant de fusion mêlant les genres. La sensation provoquée à l’écoute impressionnée de Manuel Bienvenu ne sera d’ailleurs pas une note d’exception au casting.

D’apparence plus ou moins bigarrée, c’est à mon sens un condensé d’émotions… et c’est bien ça qui prime.

Top Eps

1. Jay-Jay Johanson – Old Dog
2. Viagra Boys – Common Sense
3. Tricky – 20,20
4. Big Wool – Simple Travel
5. Bebly – Uldo
6. My Raining Stars – Obvious Reasons
7. Denner – Dreamless Tribulations
8. David Chalmin – Continuum
9. Sarah Amsellem – Sesame
10. Yo La Tengo – Sleepless Night

 


JEAN-BAPTISTE

La réécoute des disques de 2020 provoquera sans doute, avec le recul, un sentiment différent des autres. On aura écouté tel album lorsque l’épidémie a commencé à circuler, au moins dans les conversations. Tel autre pendant le confinement, pour occuper les heures creuses pendant lesquelles le foyer était un horizon quasi indépassable. Un troisième aura été la bande-son d’un sentiment de semi-libération  estival certes habituel en cette saison, mais ressenti cette fois encore plus fortement qu’à l’habitude.

Dans ce bouleversement de nos repères, les valeurs sûres nous permettent de nous raccrocher à un certain confort, même si elles sont aussi là pour le bousculer. Le top albums qui suit leur fait la part belle, qu’ils nous donnent des nouvelles épisodiques, tels Peter Milton Walsh alias The Apartments, les Wolfhounds ou les Flaming Lips, ou qu’ils émergent d’une longue absence en termes de production musicale, comme Gary Olson en retraite de nos chers The Ladybug Transistor, Louis Philippe, les Psychedelic Furs qu’on n’osait plus attendre, ou même Eddie Moran mieux connue sous le nom dA Girl Called Eddy. Ces héros éternels, dont certains nous accompagnent depuis des décennies, nous ont fait du bien cette année., en attendant le retour de The House Of Love en 2021.

Ce n’est pas une raison pour négliger les autres, et notamment les révélations comme le doux dingue Alex Izenberg, le classique mais classe Devon Williams, et les pétillants Crumble Factory. Aucun n’en était à leur coup d’essai, mais c’est avec leur album paru cet année qu’on a véritablement découvert chacun d’eux.  En langue française, Orwell, Juniore et ce bon vieux Benjamin Biolay nous ont aussi aidés à passer le cap d’une année dont il ne faut pas oublier qu’elle a été pénible pour des musiciens bien en peine de promouvoir en live les disques dont nous nous sommes délecté domestiquement.

De la douceur, de l’ambition, de la légèreté, de la hargne, du romantisme,  de l’énergie… allez, vive 2020 !

Top Albums

1. Other Lives – For their love
2. Alex Izenberg – Caravan Chateau
3. The Apartments – In And Out Of Light
4. Gary Olson – Gary Olson
5. A Girl Called Eddy- Been Around
6. En Attendant Ana – Juillet
7. RVG – Feral
8. The Wolfhounds – Electric Music
9. The Strokes – The New Abnormal
10. Louis Philippe & Stuart Moxham – The Devil Laughs
11. The Psychedelic Furs – Made Of Rain
12. Orwell – Parcelle Brillante
13. The Crumble Factory – Darling Limonade
14. Fontaines DC – A Hero’s Death
15. Widowspeak – Plum
16. Devon Williams – A Tear In The Fabric
17. Juniore – Ouh La La
18. Manuel Bienvenu – Glo
19. The Flaming Lips – American Head
20. Benjamin Biolay – Grand Prix


JISM

Pour ce top de fin d’année, je commencerai par vous présenter mes humbles excuses. Excuses pour n’avoir été que très peu présent sur Addict. Comme pour tous, 2020 fut une année particulière, anxiogène au possible. Année où la Culture, plus malmenée que jamais, s’est montrée absolument indispensable pour la survie de chacun.e. Année où lire un livre, se rendre au cinéma, écouter un disque, est devenu un acte militant, où le repli sur soi est devenu la norme. Quoi de plus libérateur au final que laisser entrer chez soi des musiciens et les laisser reconfigurer votre espace? Transformer votre pièce en dancefloor géant avec Roisin Murphy, voyager dans le Bayou avec Wailin Storms, en Haïti avec Chouk Bwa, prendre la route avec Kjellvandertonbruket, se laisser envelopper par l’inédite chaleur d’Autechreou, au contraire, se faire refroidir par le Doom ainsi que le Métal glacial de Frowning ou Paysage D’hiver. Accepter en son sein la folie douce de Bill Baird, Joan Of Arc, Mocke, celle, un peu plus furieuse, d’Akhlys, la sublime mélancolie de Dakota (sans) Suite & Quentin Sirjacq, l’élégance superbe d’It’s Immaterial. Faire de son salon un écran géant grâce à G Lolli. Vous l’aurez saisi, les possibilités sont infinies et 2020, malgré son étrangeté, aura été un grand pourvoyeur d’émotions et d’aventures (pour preuve Three, retour au sommet des vétérans The Necks).

Pour autant si 2020 fut une année d’une versatilité émotionnelle sans précédent, il est à noter qu’elle fut également un cru exceptionnel concernant les rééditions. Avec, pour ma part, deux sommets, deux Everest. Le premier, que j’attendais depuis près de vingt ans, c’est le Musick To Play In The Dark vol 1 de Coil, concentré de génie et classique instantané de la musique électronique. Le second, c’est Obéis ! d’Ich Bin, OMNI irrévérencieux bien plus percutant que n’importe quelle sortie rock de cette année.

Bref, tout ça pour vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année à toutes et à tous et une année 2021, plus apaisée que la précédente, riche en belles surprises culturelles.

Top Albums

1. Kjellvandertonbruket – Doom Country
2. Dakota Suite & Quentin Sirjacq  – The Indestructibility Of The Already Fell
3. RVG –  Feral
4. The Necks – Three
5. Paysage D’hiver – I’m Wald
6. Autechre –  SIGN
7. Wailin Storms –  Rattle
8. Fluisteraars : Bloem
9. Akhlys – Melinoë
10. Horace Tapscott With The Pan Afrikan Peoples Arkestra –  Ancestral Echoes : The Covina Sessions, 1976
11. It’s Immaterial – House For Sale
12. Chouk Bwa & The Angstromers – Vodou Ale
13. Bill Baird – Flowers Children’s Children’s Children
14. G Lolli – In Movimento
15. Malojian : Humm
16. Joan Of Arc – Tim Melina Theo Bobby
17. Mocke – Parle Grand Canard
18. Frowning – Death Requiem
19. Aesop Rock – Spirit World Field Guide
20. Roisin Murphy – Roisin Machine


LILIE DEL SOL

Comment conclure une telle année cette année ? Comment la résumer ? La mienne, comme les précédentes, fut évidemment musicale. Et quand on dit que “La musique sauve !” je crois que cette phrase a encore pris tout son sens dans ma vie et mon quotidien et je ne suis probablement pas la seule.

L’art et la culture sous toutes leurs formes nous sauvent, d’une réalité étouffante entre autres. Cette année, comme beaucoup d’entre vous, je me suis parfois réfugiée dans mes classiques, mes inébranlables, mes compagnons de vie mais j’ai aussi été portée par la création musicale française et internationale foisonnante !
Faire des choix reste l’exercice le plus terrible pour moi mais …il a fallu en choisir 20… seulement 20… et 10 eps…

Ce “classement” n’est en rien un jugement sur la production musicale mais plutôt une représentation du nombre d’écoutes de tous ces albums chéris et encore une fois, il en manque tant !

Prenez le temps de les écouter, d’aller fouiller dans les tops de mes collègues et dans leurs playlists, le plaisir de la musique ce ne sont pas les classements mais bien les vibrations qu’elles procurent et en cela nous ne remercierons jamais assez les artistes que nous épaulons avec nos petits moyens, du mieux que nous pouvons, et nous continuerons de le faire avec passion l’année prochaine quoi qu’il arrive !
En attendant prenez soin de vous et des vôtres et n’oubliez pas : La musique sauve !

Top Albums

1. Other Lives – For Their Love
2. Benjamin Biolay – Grand Prix
3. Aidan Knight – Aidan Knight
4. The Proper Ornaments – Missing Bells
5. Pierre Lapointe – Chansons hivernales
6. Dominique A – Vie étrange
7. Laura Veirs – My Echo
8. Perfume Genius – Set my heart on fire immediately
9. Cabane – Grande est la maison
10. Fiona Apple – Fetch The Bolt Cutters
11. A Girl Called Eddy – Been Around
12. Alexandra Savior – The Archer
13. Helena Deland – Someone New
14. Ela Minus – Acts of rebellion
15. Taylor Swift – Folklore
16. Melody Gardot – Sunset in the blue
17. Bill Fay – Countless Branches
18. Catastrophe – Gong
19. Alanis Morissette – Such pretty forks in the road
20. Sevdaliza – Shabrang

Top Eps

1. Andrea Laszlo De Simone – Immensità
2. La Féline – Alentour De Lune
3. P.R2B – Des Rêves
4. Mamfredos – Le ça
5. Jay-Jay Johanson – Old Dog
6. Robin Foster – Kerbonn Shogun
7. King Creosote – Susie Mullen
8. Yseult – Brut
9. Barbara Pravi – Reviens pour l’hiver
10. Sarah Amsellem – Sesame

 

 


MAG CHINASKI

Cette année 2020 fut différente des précédentes. Je ne vais pas vous refaire l’historique des évènements, nous avons sans doute vécu les mêmes, à peu de choses près. Pourtant, au milieu de ce marasme planétaire et malgré une année noire pour le monde de la musique, il semblerait que ce virus n’ait pas entaché la création des artistes, bien au contraire. 2020 restera donc ancrée dans ma mémoire comme un excellent cru ! La faute au temps, plus qu’il n’en faut pour laisser glisser ses oreilles vers des centaines d’albums, merveilleux pour la plupart. Alors, il a quand même fallu faire des choix et j’ai décidé de mettre en avant ceux que j’ai le plus écouté, pour certains chroniqué.

Comme une évidence, j’ai placé Evening Hymns en première position car je suis une inconditionnelle des productions de Jonas Bonnetta, suivant son évolution artistique de la noirceur vers la lumière, dans une démarche sincère et salvatrice. Suivi de très près par The Proper Ornaments qui nous ont sorti un album parfait du début à la fin, que j’ai beaucoup fait tourner en ce début d’année. La suite sera peuplée d’artistes qui ont rythmé mes mois de convalescence : The Apartments, qui m’a aidé à passer certains caps difficiles ; la revisite au piano du chef d’œuvre de Grandaddy, The Sopthware Slump, un moyen détourné de placer un album refuge ; la douceur pop de Widowspeak, sonnant la fin d’un été mélancolique ; le chouchou Andy Shauf qui n’a jamais déçu ; le rock français à son zénith avec Laetitia Shériff ; un petit tour du côté de Nashville avec Jonathan Wilson ; Nicolas Godin qui a marqué mon déménagement avec sa french touch organique ; les éternels The Bats qui semblent infatigables ; le bonheur de voir exploser Ruby Haunt que j’adore depuis leurs timides débuts ; la grandeur poétique de Dominique A ; l’essentiel Bill Callahan qui est revenu vers l’éclat des débuts ; la découverte d’Aidan Knight qui m’a remplie de joie ; le projet expérimental de Lee Ranaldo et Raul Refree, rencontre au sommet ; Fontaines D.C. qui semble monter d’un cran ; quelques ballades folk avec Kevin Morby ; Mark Oliver Everett (Eels) en quête d’espoir ; l’étonnant Jarvis Cocker et le charismatique musicien masqué, Jonathan Bree, clin d’œil à cette année placée sous son signe.

Le tout agrémenté de quelques Ep’s, à l’instar de mon amoureux de toujours, Kurt Vile. Rien de neuf de ce côté-là mais des artistes que j’aime au plus haut point… Notons quand même la découverte tardive mais indispensable de My Raining Stars que j’ai enfin pris le temps d’écouter, mieux vaut tard que jamais, comme on dit !

Un rapide tour d’horizon de mon année en somme, comme en suspension, hors du temps… Quelques mois confinée dans une bulle, qui, pour ma part, a été salvatrice.

Alors, à l’année prochaine, pour, je l’espère, des jours meilleurs…!

Top Albums

1. Evening Hymns – Heavy Nights
2. The Proper Ornaments – Mission Bells
3. The Apartments – In And Out Of The Light
4. Grandaddy – The Sophtware Slump….. on a wooden piano
5. Widowspeak – Plum
6. Andy Shauf – The Neon Skyline
7. Laetitia Shériff – Stillness
8. Jonathan Wilson – Dixie Blur
9. Nicolas Godin – Concrete And Glass
10. The Bats – Foothills
11. Ruby Haunt – Tiebreaker
12. Dominique A – Vie Étrange
13. Bill Callahan – Gold Records
14. Aidan Knight – Aidan Knight
15. Lee Ranaldo & Raul Refree – Names Of North End Women
16. Fontaines D.C. – A Hero’s Death
17. Kevin Morby – Sundowner
18. Eels – Earth To Dora
19. JARV IS (Jarvis Cocker) – Beyond The Pale
20. Jonathan Bree – After The Curtains Close

Top Eps

1. Kurt Vile – Speed, Sound, Lonely KV
2. Tindersticks – See My Girl
3. Yo La Tengo – Sleepless Night
4. SUUNS – Fiction
5. Robin Foster – Kerbonn Shogun
6. Cate Le Bon & Group Listening – Here It Comes Again
7. New Order – Be A Rebel
8. My Raining Stars – Obvious Reasons

 

 


Image bandeau : Photo by Yarenci Hdz on Unsplash

 

  •  
    528
    Partages
  • 528
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Un commentaire

  1. bonjour ,
    et l’album PLUS de Autechre , personne ! ( incroyable ? )
    …ben moi je le met en number one pour 2020 voila ,
    salutations . K M

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page